Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde : les mystères de la gémellité

25 février 2021   •  
Écrit par Benoît Baume
Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde : les mystères de la gémellité

Le duo de femmes photographes Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde s’intéresse aux mythologies liées à la gémellité. Un travail au long cours jouant avec les codes du documentaire pour susciter la fascination. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Il fallait au moins être deux pour s’attaquer à la mythologie des jumeaux. Bénédicte Kurzen, Française vivant au Nigéria, et Sanne de Wilde, Belge résidant aux Pays-Bas, toutes deux membres de l’agence Noor, n’en sont pas à leur coup d’essai. En 2019, elles avaient reçu un premier prix World Press Photo pour Land of Ibeji, une série sur une ville très connue au Nigéria pour son nombre très élevé de jumeaux parmi la population. Elles réitèrent et prolongent leur travail en Chine avec Land of Shuangbaotai, qui met en scène la ville de Mojiang, dans l’ouest du Yunnan. Depuis quinze ans s’y déroule un festival consacré aux jumeaux qui prospère sur fond de présence massive d’accouchements gémellaires, de traditions religieuses et d’incitations politiques.

Menant un vrai travail journalistique, les deux autrices embrassent pleinement les codes du documentaire afin de proposer une version subjective et singulière de leur sujet. Ainsi, Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde n’hésitent pas à utiliser des filtres : bleu en référence à l’eau soi-disant magique de la ville, et violet pour la couleur des légumes réputés de la région. La variété des artifices employés pour souligner l’ambivalence est vaste. Double exposition, effet kaléidoscopique ou éclairage artificiel servent à souligner cette dualité totale. Celle des deux regards des photographes, mais aussi du visible et de l’intangible, de la métaphore et du littéral, ou encore de la science contre la légende. Cette grande confusion nous interroge sur ce que nous regardons. La thématique des jumeaux nous fascine, car elle met en jeu une part d’inexpliqué. Elle trouble notre perception de l’unicité, et anime un champ irrationnel que Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde savent cultiver à merveille.

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #45, en kiosque et disponible ici

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

 

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

 

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

 

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

 

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

 

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

 

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

© Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill