Bob Dylan, Fontainebleau et les salopettes : le portrait chinois de Martin Colombet

Bob Dylan, Fontainebleau et les salopettes : le portrait chinois de Martin Colombet

Dans un jardin d’Éden, caché loin du monde, Martin Colombet et son amoureuse Tess ont esquissé les prémisses d’un univers magique et plus simple. D’abord connu pour ses reportages de presse et ses portraits de célébrités, le photographe travaille en parallèle sur des projets plus lents et intimes. « Tess et moi dialoguons dans l’indifférence du monde, des lieux hostiles aux civilités des adultes mais où pouvait s’exprimer pleinement la sauvagerie des enfants », racontait-il à l’occasion de la publication de son Blue Bayou dans le Fisheye n°47. À l’image de ce projet, intime et poétique, l’artiste privilégie alors une approche artisanale dans la conception de ses images. En témoigne son utilisation du calotype, technique ancienne et foncièrement manuelle, qui ralentit le tempo de ses images – et de sa vie. « J’aime bien mélanger les générations d’appareils photo, ça permet de voyager dans le temps », expliquait-il. Hors du monde, et hors du temps, Martin Colombet conte des récits où il distille toute sa rêverie. Mais que savez-vous réellement de lui ? Voici quelques réponses dans son portrait chinois !

Si tu étais…

Une de tes images ?

Tess, ma compagne, sur l’arbre mort de la rivière, à retrouver dans mon travail Blue Bayou.© Martin Colombet

Un animal ?

Mon chat Emile. Il est mort il y a presque trois ans, on l’a enterré sur une île en face de la maison de Tess et pour ne pas l’oublier j’ai photographié les funérailles qu’on lui a fait.

© Martin Colombet

Un genre photographique ?

Le portrait…

© Martin Colombet

Un livre ?

Noces, d’Albert Camus.

Quelqu’un avec qui réaliser un projet en duo ?

Sofiane Pamart, afin de faire dialoguer photographie et musique.

© Guillaume Blot

© Guillaume Blot

Un album de musique ?

L’album A River ain’t too much to love de Smog.

Un artiste ?

Le pianiste Glenn Gould, pour la liberté et l’anticonformisme totale qu’il a su inventer dans un univers saturé de contraintes.

Et j’aime beaucoup VALD. Derrière le pitre de façade, il y a une vraie épaisseur dans ses textes, souvent dans ses chansons moins connues d’ailleurs. C’est le genre de gars qui lâche des trucs énormes au détour de phrases débiles, il est la version moderne de l’Arlequin. Il jongle avec les masques pour brouiller son message – sombre et sans illusion. Il a une créativité énorme et son côté troll m’a appris qu’il n’était pas forcément nécessaire de se prendre au sérieux pour avancer. J’ai eu la chance de le photographier et il a été comme je le pensais. Il a passé l’interview comme ça, à tenir sa tête. Je ne l’ai pas fait bouger. Faire son portrait m’a pris moins de 30 secondes.

Un vêtement ?

Une salopette.

© Martin Colombet

Un compte Instagram ?

@Doggodoingthings, pour voir des chiens qui font des trucs.

Un paysage ?

La foret de Fontainebleau.

© Martin Colombet

Un shooting rêvé ?

Bob Dylan, dans les années 1960.

Je rêve aussi depuis longtemps de photographier Benoît Poelvoorde, malheureusement pour moi, c’est mon pote Boby qui a eu la chance de le faire.

Une anecdote ? 

J’ai cassé une vitre avec mon cul chez Jean Marie Bigard au moment de faire cette photo.

© Martin Colombet

Un pays ?

J’ai pas mal voyagé, mais j’ai toujours eu envie de revenir en France.

© Boby

© Boby

Image d’ouverture : © Martin Colombet

Explorez
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
© Cait Oppermann
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
Cette année encore, la RATP a convié Fisheye à investir des stations de son réseau métropolitain. Cette invitation prend place dans le...
17 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet