boihugo : être nu·e dans un monde de brutes

18 juillet 2023   •  
Écrit par Milena Ill
boihugo : être nu·e dans un monde de brutes
© boihugo

boihugo, artiste queer né·e en 1995 à Pékin, s’intéresse aux communautés en ligne et hors ligne, ainsi qu’à la notion d’intersectionnalité. Avec cuddle me, don’t colonize me, il compose une constellation de ses rêves et de ses interrogations, entièrement en noir et blanc.

© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo

« Je trouve que la photographie est un moyen d’expression artistique très simple et démocratique, qui a le potentiel d’avoir un impact profond sur le paysage culturel actuel. » C’est dans cette perspective que le·la jeune artiste queer boihugo, de son pseudonyme, tente de créer par l’image des alternatives au monde patriarcal normatif, tant de l’hétérosexualité que de l’homosexualité. Car tout en est imprégné, de nos désirs sexuels à notre mémoire, de notre imagination à nos actes, exprime l’auteur de cuddle me, don’t colonize me – véritable puzzle constitué de photos de paysage ou de parties du corps à des natures mortes.

Le regard, qu’il soit colonial ou non, peut-il être interchangeable, interroge-t-iel ? Le travail de boihugo se lit comme une exploration constante de la manière dont nous construisons nos identités et nos relations intimes. Tiré d’un poème intitulé Creatures of The Tropical Night (Créatures de la nuit tropicale) d’Oxi Peng, le titre de son œuvre évoque un désir puissant d’atteindre une douceur, qui pourrait transcender les rapports de domination.

Une homosexualité colonisée

« [Ma photographie] n’est certainement pas la même que celle exposée principalement dans les musées traditionnels, avec un éclairage élégant, des couleurs sophistiquées et une mise en page exquise prise avec des appareils photo grand format. On dit que ce genre d’œuvres dégage une “aura”, mais c’est une sorte de douceur institutionnalisée dont je me sens très éloigné, probablement en raison de ma propre marginalité. » Lucides, les propos de boihugo témoignent d’une réflexion approfondie sur l’histoire même du médium, histoire enracinée dans le colonialisme. « La documentation des colonisé·es a été l’un des premiers emplois de la photographie. Cette action, principalement menée par des anthropologues blancs, était présentée comme un outil scientifique, qui était en réalité un moyen d’illustrer la construction biaisée de la supériorité et de l’infériorité génétiques entre colonisateurices et colonisé·es », assure-t-iel.

La photographie qui ouvre cuddle me, don’t colonize me met en scène un être de dos, nu et droit, assis sur un homme habillé en costume et dont on ne voit pas le visage. Elle met l’accent sur une tension subtile et nuancée. La nudité est généralement perçue comme une fragilité, pourtant, la posture du corps nu, dans l’image, lui confère un certain pouvoir. « Il y a une forme d’interchangeabilité des positions de pouvoir. Le ou la dominant·e cesse d’exister sans le ou la soumis·e », explique-t-il. S’il y a, dans l’œuvre de boihugo, d’un côté l’hyper masculin et de l’autre la vulnérabilité de celleux qui ne correspondent pas aux critères de beauté conventionnels, celle-ci revendique avant toute chose une forme de versatilité, de fluidité, tant dans l’apparence que dans le fond.

En tant que Chinois·e ayant emménagé dans la ville de Londres, boihugo expérimente avec violence un phénomène paradoxal, dans les communautés qu’iel fréquente, de désexualisation, de fétichisation et surtout de marchandisation des personnes queer d’Asie de l’Est. Lente et sourde, cette violence est cultivée quotidiennement au sein des communautés gay – à l’image de cette photo, dans laquelle un fil de pêche est pressé contre une peau humaine, et tire les poils du corps représenté. « Ce n’est pas agressif, mais on peut voir la tension émerger », décrit-t-il. Aux actes de discrimination et aux inégalités latentes existantes dans ces communautés, l’art de boihugo envisage « la sororité et la solidarité comme solutions rêvées ». Seront-elles jamais atteignable ?

© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
© boihugo
Explorez
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
© Momo Okabe
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
Dans le prolongement de Fisheye #65, tout juste sorti en kiosque, nous avons sélectionné une série d’ouvrages photographiques consacrés à...
14 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #454 : un message d'absence
© Luma Koklova / Instagram
La sélection Instagram #454 : un message d’absence
L’absence évoque souvent un sentiment de vide, mais il peut aussi faire écho à un sentiment d’apaisement, de nature, ou de calme....
14 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas