Ce que cache l’uniformité : plongée dans le monde de Mária Švarbová

17 février 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ce que cache l'uniformité : plongée dans le monde de Mária Švarbová

Dans Swimming Pools, la photographe slovaque Mária Švarbová confond ses souvenirs d’enfance, empreints de l’ère soviétique, à la modernité. Une façon ingénieuse et esthétique de souligner l’importance de la coordination des mouvements, quelles que soient les causes défendues.

Un beau jour de 1988, une petite ville de Slovaquie a vu naître Mária Švarbová. Nous sommes alors un an avant la fin du régime soviétique. Et si la photographe n’a jamais connu le monde communiste, les lieux dans lesquels elle évolue en portent encore les stigmates. Architecture, design, attitude et mode de vie… « Des scènes comme celles évoquées dans “At the Doctor” ou “In the Butcher” sont mes souvenirs d’enfance. Je les chéris tout particulièrement, et j’essaye de les immortaliser dans mes séries. Quelquefois, je parviens à montrer aux autres ce que j’ai vu ou vécu », explique-t-elle. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que Swimming Pools – son dernier ouvrage paru aux éditions The New Heroes and Pioneers – soit largement imprégné de cette ère révolue. Car les populations d’Europe de l’Est n’ont pu oublier cette époque totalitaire.

Comme marquée par cette sombre période qu’elle n’a pas connue, enfant déjà, Mária Švarbová souhaitait s’exprimer. Et ce, à travers la création. Oscillant entre les médiums, ce n’est qu’il y a une dizaine d’années de cela que l’artiste s’est éprise du 8e art. Autodidacte, elle s’est formée en adhérant aux préceptes des photographes qu’elle admirait, suivant son instinct pour développer sa propre signature. « J’oserai dire que l’intégralité de mon livre me décrit, car j’essaye de générer de l’authenticité et non des copies de quelque chose qui existe déjà… J’évite d’adopter des tendances », nous indique-t-elle.

© Mária Švarbová© Mária Švarbová

La nostalgie du passé

Et dès les prémices de sa carrière, Mária Švarbová a toujours photographié les personnes qui l’entouraient, les inconnus qu’elle croisait. « Les gens sont ma principale source d’inspiration, confie-t-elle. Ils me fascinent. L’espace ne fait pas sens sans les humains qui l’habitent. Il devient vide, quelque chose manque… Et inversement, les individus n’ont aucune raison d’être en dehors du cadre dans lequel ils se situent. C’est comme s’ils ne pouvaient correspondre à aucun autre endroit que celui dans lequel ils se trouvent. » Dans chacune des séries qui composent Swimming Pools, l’artiste cherche ainsi à créer un équilibre entre ses sujets et les bâtisses minimalistes qu’elle capture.

Car les structures de l’ex-URSS appartiennent aux courants brutalistes et fonctionnalistes. Lignes droites épurées, géométrie répétitive, symétrie assumée, espaces pensés selon des besoins et non d’une esthétique particulière… Tous ces éléments du milieu du siècle dernier concourent à développer son style singulier, très cinématographique. Ayant le souci du détail, elle assortit même les tenues de ses modèles à cet environnement. Leurs maillots de bain unis leur confèrent une part d’universel, familier de cette période pas si lointaine, mais également d’intemporalité, teintée de science-fiction. La modernité s’écrit dans la nostalgie du passé, mais n’en est guère une reproduction. Il s’agit davantage d’un « monde parallèle » qui nous incite à solliciter notre imagination.

© Mária Švarbová© Mária Švarbová

La synchronisation des mouvements

Dans cet univers, les visages sont neutres, de telle sorte à ce que le spectateur puisse esquisser les émotions qu’il souhaite sur ces figures éteintes, médiums entre lui et l’image. Mais l’artiste désire tout autant l’interroger sur les rôles invétérés que chacun de nous joue dans la société. « J’adore l’aspect unique de chaque être humain et j’apprécie l’individualité, déclare Mária Švarbová. Mais, en parallèle, je suis également captivée par l’uniformité des gens qui forment une masse. Cela me fascine visuellement parce qu’il y a cette synchronisation, cette symétrie que l’on retrouve aussi sociologiquement. J’y vois de l’égalité. À mon avis, cela peut s’appliquer à différents mouvements, car l’uniformité est synonyme de coordination et d’harmonie. »

Adepte des contrastes lorsqu’elle « traite de sujets plus compliqués ou effrayants », Mária Švarbová est influencée par la conjoncture de notre monde. Engagements féministes, manifestations Black Lives Matter… La synchronisation des mouvements – en natation comme dans les luttes sociales – semble toujours jouer un rôle-clé. Même si l’originalité de chacun – visible par quelques maillots qui diffèrent dans leur forme – n’en demeure pas moins essentielle, comme elle le prône tout au long de son ouvrage. Car ce sont ces distinctions, associées à des valeurs communes, qui insufflent la force nécessaire à l’élaboration ou la défense de tout projet. Une façon ingénieuse de rappeler que l’individualisme n’a de sens que lorsque celui-ci s’inscrit dans le respect de la collectivité et des droits de chacun.

Swimming Pools, The New Heroes and Pioneers Editions, 72 €, 256 p.

© Mária Švarbová© Mária Švarbová
© Mária Švarbová© Mária Švarbová
© Mária Švarbová© Mária Švarbová
© Mária Švarbová© Mária Švarbová
© Mária Švarbová© Mária Švarbová

© Mária Švarbová

Explorez
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Le musée du quai Branly - Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Familia 1 © Felipe Romero Beltrán
Le musée du quai Branly – Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Julie Gough, Priyadarshini Ravichandran et Felipe Romero Beltrán sont les lauréat·es du Prix pour la photographie du musée du quai Branly...
20 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti