Ce qui se cache dans l’ombre

24 avril 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Ce qui se cache dans l'ombre

Les photographies de rue de Valérie Six sont empreintes d’une atmosphère singulière. Dans Shades of Thoughts, une série poétique où l’urbain est sublimé, la photographe française joue avec l’ombre et les contrastes.

Pour Valérie Six, la spontanéité est primordiale dans la photographie. Peu intéressée par la mise en scène, elle s’aventure au contact du monde pour réaliser ses clichés. « Tant de choses m’inspirent », confie l’artiste. « L’assemblage d’éléments – beaux ou laids – dans l’espace, une lumière, une tonalité, une atmosphère, une posture, un détail incongru… la possibilité de figer des instants qui me surprennent ». Imaginées comme des saynètes théâtrales, ses images urbaines, insolites et mystérieuses, appellent la narration.

Si la ville attire la photographe, c’est grâce à son passé. Dans les années 1980, elle part en Chine et assiste au développement phénoménal du pays. En 2012, elle découvre Dubaï et sa grandiloquence, une oasis urbaine dans le désert. Ses voyages la forment et deviennent un terrain de jeux indispensable : une multitude d’espaces, d’architectures uniques, portés par une société en pleine effervescence. « Ces expériences m’ont rendue plus attentive à la complexité humaine, à l’influence des traditions et des religions sur les comportements et les opinions », ajoute-t-elle. Cette diversité humaine l’enchante, l’aide à composer ses images et à révéler la singularité de chaque individu.

© Valérie Six

Ombres et lumières

Graphiques, les photographies de Valérie sont portées par des contrastes saisissants. Les expressions des hommes, les couleurs des vêtements sont sublimées par des clairs-obscurs tranchés. Un procédé populaire du 17e siècle qui laissait deviner, dans la peinture, le fil du récit dans une scène de vie, en illuminant certains détails. « Les jeux d’ombres et lumières permettent une certaine simplification visuelle, une volonté d’essentialisation que j’affectionne, qui me vient de mon intérêt pour la peinture abstraite, et de mon amour de la peinture flamande », précise la photographe. Mais cette obscurité est également symbolique. Les répercussions d’un passé douloureux pour l’artiste, pour qui l’ombre était alors synonyme de refuge. La lumière, elle, s’impose comme une présence bienveillante dans les clichés sombres. Si la noirceur domine, elle magnifie ces éclats de lumière, perçus par Valérie comme des « lueurs d’espoir ».

Symboliques, les photographies de Shades of Thoughts transforment l’urbain, et enchantent des scènes du quotidien. Une vision romancée de la ville, transcendée par l’obscurité.

© Valérie Six

© Valérie Six

© Valérie Six

© Valérie Six© Valérie Six
© Valérie Six

© Valérie Six© Valérie Six© Valérie Six© Valérie Six

© Valérie Six

Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti