Cédric Dubus

17 juillet 2015   •  
Écrit par Marie Moglia
Cédric Dubus
Cédric Dubus est un photographe français qui a suivi le Danube. Il nous raconte ce périple photographique, que nous sommes les premiers à diffuser en France. Nous l’avons repéré puis sélectionné “en toute subjectivité” pour cette semaine spéciale.

Fisheye: Qui es-tu ? Comment es-tu devenu photographe ?

Cédric Dubus

: Je suis originaire du Nord de la France. Je travaille entre Lille, Paris et Bruxelles. J’ai 39 ans et je pratique la photo depuis l’âge de 17 ans. C’est une passion dévorante et je ne me vois pas faire autre chose. La photographie s’est imposée à moi au travers de ma passion pour le skate, que j’ai pratiqué pendant 10 ans. J’agrafais les posters et les photos de skateurs américains sur les murs de ma chambre. Ils étaient mes héros ! Ma chambre était un temple dédié au à ce sport, j’avais 14 ans. Ma passion pour la photographie vient de cette imagerie, de ces décors américains qui me faisaient rêver. Tout ça m’a donné l’envie de pratiquer. Plus tard je suis devenu assistant de studio, puis photographe publicitaire. Finalement en 2009 je me suis mis à compte en tant que freelance. Aujourd’hui, je suis à la fois auteur et photographe à la commande.

Quelles sont tes influences ?

En premier lieu, je dirais la photographie sous toutes ses formes ! La photographie est un art bâtard puisque même ses pairs ne la reconnaissent pas dans leurs influences. Combien de photographes prétendent venir de la peinture, du cinéma ou de n’importe quel autre médium artistique qui ne soit pas de la photo ? En ce qui me concerne, je suis inspiré par des artistes comme Alec Soth, Christian Patterson, Vanessa Winship, Michael Subotsky, Mitch Epstein, Pieter Hugo… Le travail de Tommaso Tanini « H. said he loves us » m’a marqué. C’est une série remarquable, une véritable enquête [ndlr: pour laquelle il a reçu deux prix en 2014].

Quelle est l’histoire de ta série “Danube” ?

Je me suis inspiré de l’histoire d’Amédée, raconté par Claudio Magris dans Danube. Amédée croit qu’un robinet planté dans le sol et qui n’a jamais pu être fermé serait la source du Danube. Ce récit m’a inspiré. Je compare le flot ininterrompu de ce robinet au flot d’identités qui borde les rives du fleuve. Et je me pose la question de ce que serait l’Europe centrale si quelqu’un avait réussi à fermer ce robinet.

DANUBE_Cedric-Dubus_01_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_02_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_03_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_04_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_05_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_06_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_07_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_08_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_09_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_10_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_11_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_12_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_13_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_14_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_15_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_16_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_17_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_18_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_19_fisheyelemagDANUBE_Cedric-Dubus_20_fisheyelemag

Comment as-tu pensé, réfléchi, cette série ? Comment s’est-elle construite ?

Depuis ma précédente série, Essence A [ndlr: publiée dans le n°4 de Fisheye], je cherchais une approche différente, un processus créatif inversé de mon habitus: accumuler les images photos puis trouver une ligne narrative pour les rapprocher. Donc avec Danube j’ai procédé différemment, j’ai d’abord trouvé mon sujet. Ensuite j’ai cherché un fil conducteur qui pouvait relier entre eux tous les pays que je voulais traverser. Suivre le Danube s’est très vite imposé comme le parcours idéal. Je ne m’en suis jamais éloigné de plus de 30km.

Quels sont les objectifs que tu t’imposes en photographie ? Et plus particulièrement ceux qui t’ont motivé pour “Danube” ?

Je cherche toujours à améliorer davantage l’ordre narratif de mon travail. Mes séries ne sont pas documentaires, elles se situent entre la fiction et la réalité. Mais dans tous les cas j’essaie de raconter une histoire. Avec cette série je travaille à l’élaboration d’un livre.

Sur ton site, dans ta présentation, tu as écrit: “ Suivre le Danube pour constater qu’au final, seules les questions comptent.” As-tu trouvé des réponses à ces questions ?

Non, je n’ai pas trouvé et peu importe. Henri Cartier-Bresson a dit: « La photographie est une réponse immédiate à une interrogation perpétuelle ». Je pense au contraire que la photographie est une interrogation perpétuelle à laquelle je ne cherche pas de réponse immédiate. Le photographe n’est pas quelqu’un qui résout les problèmes. C’est quelqu’un qui pose les questions. De plus, je suis profondément convaincu que la photographie n’apporte que très rarement des réponses et c’est d’ailleurs ce qui fait tout l’intérêt de cet art.

C’était comment, sur la route ? Dirais-tu que le voyage, c’est un peu la condition sine qua non à l’exercice de la photo ?

C’était long parfois. 6537Km ! Certains jours je n’ai même pas photographié. Mais je crois aussi que les moments de latence sont nécessaires, c’est souvent dans ce laps de temps qu’on fait les meilleures photos. La route est un prétexte, elle est un stimulus qui me met en condition pour photographier. Le voyage participe au processus créatif du photographe. Les images sont forcément plus exotiques à l’œil puisque ce sont des images qui ne sont pas issues du quotidien. Cependant je pense qu’il faut se méfier de l’émerveillement du voyage, dans l’exercice de la photo j’entends. Il faut bien penser le sujet, pour éviter la facilité du cliché de carte postale.

L’anecdote la plus marquante de ton voyage ?

Les flics de Bela Crkva, en Serbie ! Nous étions dans ce petit village, un soir, posés à la terrasse d’un restaurant. Ma femme et moi étions les seuls clients. Deux policiers sont arrivés et se sont installés autour d’une bière avec le patron du bar. Ma femme m’a suggéré de les photographier, je n’osais pas. Du coup c’est elle qui les a abordé et qui leur a demandé si on pouvait les photographier. Les flics se sont prêtés au jeu. Ma femme a posé avec eux, puis le patron a pris mon appareil et nous a photographié tous les quatre, et finalement, j’ai réussi à les photographier seuls. Un moment assez improbable !

Il me semble que ce qui fait l’unité de ta série, au-delà du thème, ce sont les lignes (une paire de jambes, un raie de lumière, l’horizon, un panneau penché…). C’est instinctif ?

Oui, effectivement il y a ces lignes… Mais je pense qu’elles ressortent lors du travail d’édition. Ma sélection finale crée une unité entre les images. Lorsque je photographie, je ne pense pas aux photos précédentes. Je n’aime pas me contraindre à la prise de vue, c’est lors de la sélection que j’affine mon propos.

Peux-tu nous dire quelques mots sur cette photo ?

Photo extraite de la série "Danube", © Cédric Dubus
Photo extraite de la série “Danube”, © Cédric Dubus

Cette image a été réalisée à Dubova, en Roumanie, entre les défilés les plus étroits des Portes de Fer. Je cherchais comment photographier cet endroit: ma femme a fait un poirier dans l’eau, j’ai déclenché. Ce lieu est particulier. Sur la gauche, dans l’étendue d’eau, on peut apercevoir une croix. C’est là la frontière entre la Serbie et la Roumanie, en plein milieu du Danube.

Dans “Danube”, est-ce qu’il y a certaines de tes photos que tu trouves particulièrement significatives ? Est-ce qu’il y en a une qui soit ta favorite ?

Oui, il y a cette raie de lumière sous un pont. C’est la première photo que j’ai faite pendant le voyage.

Photo extraite de la série "Danube", © Cédric Dubus
Photo extraite de la série “Danube”, © Cédric Dubus

J’aime aussi beaucoup l’image avec l’arc-en-ciel et la voiture, je me souviens m’être dit à ce moment-là: « Ça y est nous y sommes, le Danube est derrière ces montagnes ! ».

Photo extraite de la série "Danube", © Cédric Dubus
Photo extraite de la série “Danube”, © Cédric Dubus

Et puis la photo du gamin au t-shirt rouge sur les rives du lac Parches [ndlr: voir plus haut], un des nombreux lacs que compte le delta du Danube. C’était un moment intense, nous étions fatigués par les bivouacs et les semaines passées sur la route… Le coucher de soleil nous a ému. C’était presque la fin du voyage.

Propos recueillis par Marie Moglia

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
still de Sinjar, naissance des fantômes
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
En salle à partir du 19 juin 2024, le film Sinjar, naissance des fantômes, réalisé par Alexe Liebert, avec les photographies de Michel...
19 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger