Cinquante nuances de gris : les pigeons sublimés par Chloé Lamidey

06 mai 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Cinquante nuances de gris : les pigeons sublimés par Chloé Lamidey

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. Défenseuse de la cause animale, la photographe parisienne Chloé Lamidey réalise, dans Pigeon Non Grata, le portrait nuancé de cet oiseau des villes.

Ailes battantes, becs acérés, plumes ébouriffées par le vent, touches de gris contrastant avec la clarté du ciel… Dans Pigeon Non Grata, Chloé Lamidey prend pour protagoniste l’oiseau le plus populaire des villes du monde entier. Véritable muse pour la photographe, il picore ses offrandes dans les mains des passant·es, s’envole fièrement au-dessus de la foule et se détache – figure mythologique – des nuages comme des horizons. « Le projet est né sur le parvis de la cathédrale de Milan, où j’ai découvert que des touristes de différentes nationalités se faisaient prendre en photo les bras remplis de pigeons. Cette activité, est proposée par des vendeur·ses à la sauvette reconverti·es en photographes. En les observant, j’ai été surprise de constater que certain·es ne les considéraient pas comme des nuisibles, bien au contraire… », se souvient l’autrice.

Installée à Paris, c’est durant ses études d’art qu’elle découvre la photographie. Depuis, elle ne cesse de construire des projets autour de « questionnements qui [l]’obsèdent ». Privilégiant le long terme et le mélange des styles, elle collectionne, décline et multiplie les écritures – argentique, numérique, couleur, noir et blanc, vidéo… – pour mieux illustrer ses interrogations. « Depuis peu, j’ai compris que ma motivation peut s’apparenter à une forme de militantisme visuel », ajoute-t-elle.

© Chloé Lamidey

Révéler le pigeon dans toute sa splendeur

Un militantisme qui anime Pigeon Non Grata. Si les images amusent, à première vue, et étonnent par le choix du sujet, elles ont pour vocation de faire évoluer les mentalités. « J’ai toujours été sensible à notre manière de percevoir et de traiter les animaux. J’adore les oiseaux et j’aime encore plus l’idée que les pigeons soient, dans l’imaginaire collectif, considérés comme des “rats du ciel”. Cela montre à quel point notre lien aux animaux des villes est rompu », explique Chloé Lamidey. Jugés sales, stupides, laids, les pigeons sont à ses yeux victimes de nos idées reçues. « En plus d’être dociles, il y a chez eux une beauté et une intelligence – contrairement à ce que l’on croit », ajoute-t-elle.

Connus pour leur sens de l’orientation, utilisés par l’humanité pour acheminer l’information, ou même espionner les camps opposés en période de conflit, ces oiseaux sont aujourd’hui dédaignés par les populations urbaines. Alors, comme pour leur redonner une certaine importance, la photographe accumule les prises de vues. Plumes éblouies par le flash, collation improvisée dans la main d’un·e inconnu·e, ailes shootées en plein vol, angles insolites et compositions originales… Des portraits simples aux diptyques en passant par la retranscription image par image d’une vidéo, l’artiste révèle le pigeon dans toute sa splendeur. Une manière pour elle de forcer l’admiration et d’apporter du sérieux à un sujet qui peut avoir tendance à être jugé avec trop de légèreté. Une démarche engagée portée par la volonté sans faille de l’autrice : « Ce projet est toujours en cours. Je retourne à Milan cet été en immersion pour travailler un autre axe : le quotidien de ces hommes qui vivent de cette activité touristique clandestine. Je pense aujourd’hui être proche d’une centaine d’images, et ce n’est pas terminé… », confie-t-elle. Et, au cœur des roucoulades et des prises de bec, immergé·e dans la foule milanaise au milieu des plumes qui tombent jusqu’au sol dallé, on ne peut que poser un regard nouveau sur la présence de ces animaux, devenue si ordinaire. Une manière singulière d’aborder notre rapport au vivant, d’autant plus affaibli au contact du monde urbain.

© Chloé Lamidey

© Chloé Lamidey© Chloé Lamidey

© Chloé Lamidey

© Chloé Lamidey© Chloé Lamidey

© Chloé Lamidey

© Chloé Lamidey

© Chloé Lamidey

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet