Dans les entrailles de la Goutte d’Or

04 janvier 2019   •  
Écrit par Maria Teresa Neira
Dans les entrailles de la Goutte d'Or

Elena Perlino, artiste italienne, a photographié durant cinq ans le quartier parisien où se côtoient plus de trente ethnies différentes : la Goutte d’Or. Elle présente son analyse dans un ouvrage publié aux Éditions Loco, Paris Goutte d’Or.

Comment les quartiers se construisent-ils ? Comment sont-ils investis par les citadins ? Dans l’imaginaire commun, la Goutte d’Or est un quartier marqué par le conflit et les problèmes sociaux : alcoolisme, harcèlement, drogue, ou encore prostitution. Si Émile Zola le décrivait insalubre et miséreux dans L’Assommoir (1877), Elena Perlino le perçoit différemment. La photographe a préféré se concentrer sur le quotidien et la richesse du quartier parisien. Les images se succèdent sans textes, légendes, ni marges et marquent la tension et le dynamisme propre au lieu.

Les lieux développent des identités propres

La géographe Marie Chabrol évoque la gentrification du quartier de la Goutte d’Or dans un essai qui clôture le livre. Ses propos sont complétés par ceux de deux géographes urbanistes, David H. Kaplan et Charlotte Recoquillon. Ces derniers mettent en avant l’importance des groupes ethniques dans l’économie du lieu. Avec environ 30 000 habitants, la Goutte d’Or est l’un des quartier avec la plus grande densité d’habitants au kilomètre carré, devant d’autres quartiers parisiens ou Manhattan. La population de la Goutte d’Or est plus diversifiée que celle des banlieues d’Île-de-France. « La Goutte d’Or est un quartier hors-norme et surprenant. Le quartier était considéré comme “interdit” il y a quinze ans à peine. C’est là que la photographie permet de remettre en question les catégories prédéfinies et la perception du monde qui nous entoure », explique Elena Perlino. Face à la gentrification et à la hausse des prix, l’esprit du quartier est difficile à saisir. « Pendant cinq ans, un tiers des lieux et des personnes du quartier ont changé », note Elena Perlino.

Une synagogue, des voiles, un corps blessé, des torses nus, un drapeau algérien, des casquettes à l’envers, une boulangerie arabe, des vieux, des objets de piété, des couples ou encore des affiches. Elena Perlino a cherché à « photographier la grande variété humaine que l’on rencontre tous les jours et raconter la façon d’occuper l’espace, public et privé ». Entre l’image d’un espace insalubre et dangereux et le processus de gentrification dans lequel le quartier est engagé, Elena Perlino a trouvé la juste tension et le nerf du quartier.

Paris Goutte d’Or, Éditions Loco, 204 pages, 19€

© Elena Perlino

© Elena Perlino

© Elena Perlino

© Elena Perlino

© Elena Perlino © Elena Perlino © Elena Perlino

© Elena Perlino

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
À l'instant   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
À l'instant   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •