Dans l’œil de Lara Sanchez : percutante douceur

17 juillet 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l'œil de Lara Sanchez : percutante douceur
© Lara Sanchez
LaraSanchez
« Milad est Iranien, je ne sais pas ce qui lui est arrivé à la main et je ne lui ai jamais demandé. »

Cette semaine, plongée dans l’œil de Lara Sanchez, jeune artiste profondément investie dans les questions sociales. Son œuvre graphique, inspirée de l’esthétique de la photographie de mode, suit un but bien particulier : montrer celleux que l’on ne voit pas, poser les questions que l’on évite. Qu’est-ce que l’exil fait au corps ? Quelle liberté peut-on seulement atteindre, dans le monde actuel ? Pour Fisheye, elle revient pour nous sur l’une de ses images.

« J’ai réalisé cette image il y a à peu près deux ans, me semble-t-il, pour mon diplôme des Gobelins. Je savais que j’allais travailler sur le thème de la migration, car ma famille a migré de l’Andalousie vers l’Algérie puis d’Algérie vers la France. Il s’agit donc de quelque chose de très présent dans mon histoire personnelle. Cette photographie, je l’ai réalisée avec Milad, un ami réfugié, que j’ai rencontré grâce à Scarabée, à Malakoff – une association qui aide les personnes réfugiées en donnant des cours de français, en apportant une aide administrative, etc. Mon projet Devant la douceur des autres, je l’ai construit autour d’une volonté de parler des personnes réfugiées, et de raconter leur histoire. Milad est Iranien, je ne sais pas ce qui lui est arrivé à la main et je ne lui ai jamais demandé. Dans cette association, on apprend à être en position d’écoute. Ce sont les réfugié·es qui nous transmettent les détails de leur histoire, si et seulement si iels le souhaitent. J’ai souhaité raconter, par cette image, la terre parcourue et battue entre l’Iran et la France par Milad, la couleur rouge représentant la force mais aussi la violence. C’est une des images les plus fortes de la série, et en même temps, elle contient une belle délicatesse. Pour la réaliser, nous sommes parti·es ensemble en Picardie, dans les carrières, mais en réalité, le cadre importe peu. Avec un cadrage aussi serré, j’aurais très bien pu la faire en bas de chez moi. Mais le voyage a lui-même son importance, car il crée des moments de partage et de rapprochement. »

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina