Dans l’œil de Nanténé Traoré : des limbes de l’idée à l’évanescence de l’image

29 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Nanténé Traoré : des limbes de l'idée à l'évanescence de l'image
© Nanténé Traoré
NanténéTraoré
« Ça sert à ça, aussi, faire des images : ça sert à mentir. »

Artiste visuel et auteur, Nanténé Traoréqui était revenu pour nous sur sa série Tu vas pas muter, une histoire de tendresse et de transition(s) – raconte ses obsessions à travers des images porteuses d’une narration puissante. Pour Fisheye, il commente l’une de ses œuvres marquantes, celle d’une figure illuminée qui s’évapore dans la nuit…

« J’avais oublié que j’avais appelé cette photo How does it make you feel. Comme pour la plupart de mes images, c’est un titre que j’emprunte à une chanson. Cette fois elle est tirée de 10 000 HZ Legend, du groupe Air, un album qui parle d’images, je crois, en tout cas j’en vois plein quand je l’écoute.

How does it make you feel (« que ressens-tu », ndlr) quand tu crées des images dans un monde qui en est saturé ? Je ne sais pas. Ça me donne envie de précision, d’exactitude, la plupart du temps. Peut-être que j’ai déjà ça en tête, que j’ai déjà le vocodeur qui chantonne cette nuit-là quand je prends les lampes torches de Nathan et que je lui dis : “J’ai une idée très précise mais je sais pas si ça va marcher”, et qu’il me suit dans les bois, avec Mahé et Célin. Dans mon (très) vieux boîtier, il me reste six poses, la pellicule est expirée depuis presque vingt ans, il fait nuit noire.

Quand je rencontre Nathan j’ai tout de suite envie de le prendre en photo. Le premier soir de notre résidence à la maison Artagon, il sort deux lampes torches colorées de sa sacoche : des artéfacts de joueur de RPG. J’aime bien, et alors qu’il part prendre des photos à l’iPhone du petit bois juste derrière, je me dis qu’il n’a peut-être jamais eu à les utiliser pour se prendre en photo, lui. Alors je le fais. D’abord dans ma tête, pendant plusieurs jours et de manière quasi obsessionnelle, la composition s’ordonne toute seule, obsédé par le nombre d’or et les lignes de fuite, par rendre toute chose géométrique, et dans l’image à venir les objets vont par trois. Un visage qu’on ne voit pas, une figure quasi christique dans des lumières artificielles, directes, violentes. Tout ce que Nathan n’est pas.

Ça sert à ça, aussi, faire des images : ça sert à mentir. Six vues dans la nuit électrique, c’est peu, la pose est longue, il ne bouge pas. La nuit non plus. Moi je ne sais plus ce que je fais, comme d’habitude, je calcule et je réarme. En appuyant sur le déclencheur, j’éprouve exactement le même soulagement que quand on se remet à respirer après une paralysie du sommeil, parce que l’image va pouvoir me laisser tranquille, maintenant, je vais enfin pouvoir penser à autre chose. Dans chaque image qui quitte les limbes de l’idée pour devenir réelle, la même joie et la même tristesse devant la pellicule : parce que l’image existe, et c’est très beau, et parce qu’elle est déjà un peu morte. »

À lire aussi
Nanténé Traoré : Tu vas pas muter ou la douceur d'une transition
© Nanténé Traoré
Nanténé Traoré : Tu vas pas muter ou la douceur d’une transition
Avec « Tu vas pas muter », Nanténé Traoré envisage les moments d’injection d’hormones pour les personnes en transition comme des rituels…
13 octobre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil d’Elena Helfrecht : lorsqu’un simple rêve présage une mort certaine
© Elena Helfrecht
Dans l’œil d’Elena Helfrecht : lorsqu’un simple rêve présage une mort certaine
Aujourd’hui, plongée dans l’œil d’Elena Helfrecht, à l’origine de la série Unternächte. Dans ce projet au long court, dont nous parlions…
13 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill