Danse du virtuel et du réel

09 juillet 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Danse du virtuel et du réel

Les 7 et 8 juillet 2019, la compagnie Voix a réalisé deux performances de danse contemporaine en réalité virtuelle au Couvent Saint-Césaire, à Arles. Un spectacle unique et sublime, représentatif des possibilités infinies de la VR.

16 heures. À l’ombre du Couvent Saint-Césaire, à Arles, un public silencieux s’installe. La semaine d’ouverture des Rencontres bat son plein, pourtant, dans cette cour, l’attente est à son comble. Trois danseuses, vêtues de combinaisons pastel s’avancent au centre de l’espace, une scène improvisée. Religieusement, elles placent des casques de réalité virtuelle sur elles, et s’immobilisent, statues gracieuses et modernes. Enfin, la musique se lance, et les corps s’éveillent.

C’est un spectacle singulier qui se déroule au VR Arles Festival en cette journée estivale. Une fusion entre deux arts. D’abord immergées dans l’imaginaire, les danseuses, membres de la compagnie contemporaine Voix, ôtent ensuite les casques pour s’accaparer l’espace en toute liberté, avant d’inviter trois personnes du public à partager l’expérience avec elles. « Il s’agit d’un moment de passage entre le réel et le virtuel. Une fois les invités immergés dans la VR, les danseuses créent des liens, en activant les autres sens : le toucher, l’odeur ou même le goût », confie Margherita Bergamo, la chorégraphe. Une expérience immersive à la croisée des disciplines.

Un acte de communion

L’expérience se nomme Eve, la danse est un espace sans lieu. « Un rituel d’initiation à la VR à travers la danse », précise la chorégraphe. Chaque participant se plonge dans des histoires différentes, tournées à Barcelone, Lyon et Venise. Dans ce monde virtuel, les spectateurs invités fusionnent avec Eve, une danseuse, et sont encouragés à imiter ses mouvements. À leurs côtés, les danseuses, désormais libérées de cet univers imaginaire, virevoltent, touchant, jouant avec leurs corps. « Lorsque je touche l’épaule d’une des personnes, celle-ci voit une main la toucher dans le virtuel également », explique Margherita Bergamo. Une expérience étrange et exaltante. Les invités se prennent au jeu, et bougent, au rythme de la composition musicale, jusqu’à être libérés par les artistes pour un dernier acte de communion. Danseurs en herbe et professionnels commencent alors à se mouvoir ensemble, l’un suivant les gestes de l’autre, dans une harmonie touchante. « Pour moi, pouvoir réaliser ces simulations, rapprocher des expériences si différentes, représente l’avenir de la VR. Cette dimension virtuelle permet de montrer la danse sous un nouvel angle », ajoute la chorégraphe, qui construit ses tableaux mouvants en prenant soin d’instaurer un « avant » et « après » expérience. Temps durant lesquels les invités reprennent leur souffle et s’ancrent à nouveau dans le réel.

Unique et émouvant, Eve, la danse est un espace sans lieu donne à voir les possibilités infinies de la VR. Les corps en mouvements des trois artistes se synchronisent dans une harmonie stupéfiante au récit virtuel. Virtuoses, elles peignent des histoires avec leurs mouvements, et attirent le public dans un instant de grâce. Une expérience à part durant cette première semaine des Rencontres d’Arles.

Eve, la danse est un espace sans lieu

Eve, la danse est un espace sans lieuEve, la danse est un espace sans lieu

Eve, la danse est un espace sans lieu

© Laura Leroux / Fisheye

Explorez
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •