Danse du virtuel et du réel

09 juillet 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Danse du virtuel et du réel

Les 7 et 8 juillet 2019, la compagnie Voix a réalisé deux performances de danse contemporaine en réalité virtuelle au Couvent Saint-Césaire, à Arles. Un spectacle unique et sublime, représentatif des possibilités infinies de la VR.

16 heures. À l’ombre du Couvent Saint-Césaire, à Arles, un public silencieux s’installe. La semaine d’ouverture des Rencontres bat son plein, pourtant, dans cette cour, l’attente est à son comble. Trois danseuses, vêtues de combinaisons pastel s’avancent au centre de l’espace, une scène improvisée. Religieusement, elles placent des casques de réalité virtuelle sur elles, et s’immobilisent, statues gracieuses et modernes. Enfin, la musique se lance, et les corps s’éveillent.

C’est un spectacle singulier qui se déroule au VR Arles Festival en cette journée estivale. Une fusion entre deux arts. D’abord immergées dans l’imaginaire, les danseuses, membres de la compagnie contemporaine Voix, ôtent ensuite les casques pour s’accaparer l’espace en toute liberté, avant d’inviter trois personnes du public à partager l’expérience avec elles. « Il s’agit d’un moment de passage entre le réel et le virtuel. Une fois les invités immergés dans la VR, les danseuses créent des liens, en activant les autres sens : le toucher, l’odeur ou même le goût », confie Margherita Bergamo, la chorégraphe. Une expérience immersive à la croisée des disciplines.

Un acte de communion

L’expérience se nomme Eve, la danse est un espace sans lieu. « Un rituel d’initiation à la VR à travers la danse », précise la chorégraphe. Chaque participant se plonge dans des histoires différentes, tournées à Barcelone, Lyon et Venise. Dans ce monde virtuel, les spectateurs invités fusionnent avec Eve, une danseuse, et sont encouragés à imiter ses mouvements. À leurs côtés, les danseuses, désormais libérées de cet univers imaginaire, virevoltent, touchant, jouant avec leurs corps. « Lorsque je touche l’épaule d’une des personnes, celle-ci voit une main la toucher dans le virtuel également », explique Margherita Bergamo. Une expérience étrange et exaltante. Les invités se prennent au jeu, et bougent, au rythme de la composition musicale, jusqu’à être libérés par les artistes pour un dernier acte de communion. Danseurs en herbe et professionnels commencent alors à se mouvoir ensemble, l’un suivant les gestes de l’autre, dans une harmonie touchante. « Pour moi, pouvoir réaliser ces simulations, rapprocher des expériences si différentes, représente l’avenir de la VR. Cette dimension virtuelle permet de montrer la danse sous un nouvel angle », ajoute la chorégraphe, qui construit ses tableaux mouvants en prenant soin d’instaurer un « avant » et « après » expérience. Temps durant lesquels les invités reprennent leur souffle et s’ancrent à nouveau dans le réel.

Unique et émouvant, Eve, la danse est un espace sans lieu donne à voir les possibilités infinies de la VR. Les corps en mouvements des trois artistes se synchronisent dans une harmonie stupéfiante au récit virtuel. Virtuoses, elles peignent des histoires avec leurs mouvements, et attirent le public dans un instant de grâce. Une expérience à part durant cette première semaine des Rencontres d’Arles.

Eve, la danse est un espace sans lieu

Eve, la danse est un espace sans lieuEve, la danse est un espace sans lieu

Eve, la danse est un espace sans lieu

© Laura Leroux / Fisheye

Explorez
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
23 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Laia Abril expose les violences faites aux femmes
On Abortion, Obstetric violence © Laia Abril
Laia Abril expose les violences faites aux femmes
A History of Misogyny – trilogie ambitieuse signée Laia Abril – révèle un portrait complexe et glaçant des violences sociétales faites...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Œuvres de fiction : la séance de rattrapage Focus !
© Henri Kisielewski
Œuvres de fiction : la séance de rattrapage Focus !
L’été et les vacances qui l’accompagnent s’imposent bien souvent comme un moment propice pour se laisser porter par des œuvres de...
24 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le rôle d’une vie : la Collection Lambert célèbre la galerie gb agency
© Elina Brotherus
Le rôle d’une vie : la Collection Lambert célèbre la galerie gb agency
Après la fermeture de la galerie gb agency en 2023, la Collection Lambert à Avignon entend rendre hommage à cette institution novatrice...
24 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
23 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine