Découvrez les lauréats du Prix Levallois !

17 juillet 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Découvrez les lauréats du Prix Levallois !

Le Prix Levallois a dévoilé les noms de ses lauréats. Désignés à l’unanimité, les photographes illustrent avec sensibilité leurs perceptions du monde.

Réuni en visioconférence le 8 juin, le jury du Prix Levallois a remercié les quinze finalistes pour la qualité de leur proposition. Un mois plus tard, le Prix dévoile les noms des deux lauréats 2020 : Lionel Jusserret et Işık Kaya, ainsi qu’une mention spéciale, Stanislava Novgorodtseva. Trois travaux représentant avec une poésie particulière leurs visions de cultures et de coutumes lointaines. Les photographes seront exposés à Levallois – Galerie de l’Escale du 2 octobre au 21 novembre 2020, puis à La Passerelle, Scène nationale de Gap, du 15 janvier au 3 avril 2021.

© Stanislava Novgorodtseva

© Stanislava Novgorodtseva

Trois voyages introspectifs

Lauréat du Prix Levallois, Lionel Jusseret, photographe belge, capture avec une délicatesse touchante des enfants atteints de formes graves d’autisme. Les photographiant loin des murs des institutions, il parvient à capter un récit d’une rare vulnérabilité. « Les regards, les attitudes, la torsion des corps nous mettent en alerte, là, et se découvre et se tracent les échos diffractés qui nous séparent de ces enfants et de leur imaginaire », précisent Catherine Dérioz et Jacques Damez, directeurs artistiques du Prix Levallois.

Venu de Turquie, Işık Kaya remporte le Prix du Public grâce à Second Nature. Un projet inspiré par la « Disneyfication », une tradition en sociologie utilisée pour décrire la transformation de l’environnement en un grand spectacle pour le client. Les images du photographe présentent des antennes-relais déguisées en arbres, qui se fondent dans les paysages de la Californie du Sud. Des procédés factices aussi harmonieux qu’inauthentiques.

Enfin, Stanislava Novgorodtseva « parcourt ce qui a construit ses perceptions : la Crimée et son histoire complexe deviennent le décor d’une fiction intime », expliquent les directeurs artistiques. La photographe d’origine russe, fait le portrait d’un territoire complexe et ambigu. Dans ses images, son imaginaire enfantin, la mythologie locale et la réalité politique s’entremêlent pour former un récit personnel captivant. Elle obtient la mention spéciale du jury.

À travers leurs séries, les lauréats nous offrent trois voyages introspectifs dans des univers disparates et touchants. Une collection d’images envoûtantes.

© Stanislava Novgorodtseva

© Stanislava Novgorodtseva

© Stanislava Novgorodtseva

© Lionel Jusseret© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret

© Işık Kaya

© Işık Kaya© Işık Kaya

© Işık Kaya

Image d’ouverture : © Işık Kaya

Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas