Demain sera félin

Demain sera félin

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Après un premier volume rempli de babines mal léchées, Nikita Teryoshin dévoile Backyard Diaries Vol. 2. Un zine bien peigné qui rend hommage aux chats de la rue, à leurs gueules cassées et griffes bien aiguisées.

Débutée en 2019, la série Backyard Diaries de Nikita Teryoshin présente l’univers caché des chats errants dans différentes capitales et grandes villes du monde entier. « Je l’ai commencé à Saint-Pétersbourg pour compenser les rencontres déprimantes avec des marchands d’armes en costume gris que j’ai photographié pendant plusieurs jours dans le cadre de mon projet sur le commerce mondial des armes, Nothing personal – the back office of war », se rappelle l’artiste installé à Berlin. Dans ce deuxième volume, les matous à la vie mouvementée s’affichent dans des situations rocambolesques et parfois poétiques. De Bangkok à New Delhi en passant par Atlantic City et Istanbul, les portraits des petits félins se confrontent à des scènes de vie afin de mettre en lumière des sujets peu médiatisés, caractéristique principale des travaux de Nikita Teryoshin. « Je veux aussi montrer l’esprit de la ville sale. C’est-à-dire certains endroits habituellement très touristiques, que l’on ne trouve pas dans les guides », précise-t-il.

© Nikita Teryoshin© Nikita Teryoshin

Les chats prennent le pouvoir du monde

Alors que les chef·fes d’hôtels, les politicien·nes ou encore les spéculateur·ices immobiliers de chaque pays tentent de les faire disparaitre, Nikita Teryoshin les sublime. « Les chats errants sont des marginaux dans la société, mais j’aime l’idée de les montrer comme des héros et leur lutte devrait également être une source d’inspiration. J’imagine aussi leurs personnages comme s’il s’agissait d’humains », déclare le photographe. D’une rencontre avec un dragon de Komodo à une dégustation de riz dans un temple bouddhiste, les protagonistes poilus nous laissent imaginer leurs histoires remplies de rebondissements et de déconvenues. Loin des chatons de races onéreuses, ces chats guerriers luttent pour survivre. Leur beauté brute attendrit et touche en plein cœur.

Des vieilles dames ou encore un sans-abri… Les personnes qui s’en occupent « ne font pas partie de la haute société ». Le photographe se remémore l’une de ces rencontres humaines marquantes : « Parmi mes images préférées, une me rappelle La Création d’Adam de Michel-Ange. Je l’ai prise dans un refuge pour chats situé dans une boutique fermée de Bangkok tenue par un homme que j’ai rencontré dans la rue. Il y avait beaucoup de chats blessés, mais la beauté de ce moment m’a fasciné. » L’instantanéité et la colorimétrie des clichés de Nikita Teryoshin interpellent tout en offrant un regard optimiste et novateur sur des matous qui ne connaissent pas le luxe de se faire cajoler et des croquettes à volonté.

 

Backyard Diaries Vol. 2, Éditions Pupupublishing, 22€, 48 p.

© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin

© Nikita Teryoshin

Explorez
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina