Des illusions

08 juillet 2015   •  
Écrit par Eric Karsenty
Des illusions
Présentée au Magasin de jouets, galerie dirigée par Nicolas Havette, l’exposition « Des illusions » interroge avec pertinence le « régime de vérité » de la photographie. Une des expositions coup de cœur de Fisheye. À ne pas rater si vous passez à Arles cet été.

Depuis 2009, Nicolas Havette, diplômé de l’École nationale supérieure de la photographie, propose chaque année une dizaine d’expositions éclectiques, thématiques, et le plus souvent collectives. Un espace de 180 m2 sur deux niveaux qui donne à voir, comme dans un laboratoire, les expérimentations de la photographie contemporaine avec une dimension internationale.

Pour « Des illusions », il n’y avait pas d’idée préalable. Nicolas nous explique:

« Elle s’est construite un peu comme les pièces d’un puzzle, ou d’un Rubik’s cube dont les couleurs se sont rejointes. »

L’exposition nous montre neuf photographes aux regards différents et pertinents. Il y avait cette idée que l’illusion de réalité de la photographie était aujourd’hui obsolète, et les travaux des artistes, qui avaient presque tous déjà exposé à la galerie, se sont assemblés naturellement. Seul le titre était là au début, qui a aimanté plus ou moins consciemment les approches.

c-Audrey-Guiraud-TMNYCII11-fisheyelemagc-Lore-Stessel-fisheyelemagc-Maximilian-Tomozei-Intelity-fisheyelemag-2c-Maximilian-Tomozei-Intelity-fisheyelemagc-Olivier-Sola-fisheyelemagc-Sara-Imloul-La-main-et-loursin_courtesy-Polka-Galerie-fisheyelemagc-SARA-IMLOUL-Les-soeurs-tableaux-affiche-fisheyelemagc-Stephane-Lenthal-de-lautre-cote-fisheyelemag-2c-Stephane-Lenthal-de-lautre-cote-fisheyelemag

“Avec poésie et délicatesse”

Comme l’explique le dynamique galeriste : « “Des Illusions” propose une photographie qui se joue du modernisme et de l’esthétique documentaire ; une photographie qui a appris de son histoire et de l’histoire des autres médium et qui s’en amuse avec poésie et délicatesse. Sara Imloul, Olivier Sola, Stéphane Lenthal, TTY, Audrey Guiraud, Lore Stessel, Jeannie Abert, Robin Lopvet et Maximilian Tomozei nous trompent avec malice, nous entrainent et nous tirent par la manche dans leurs jeux avec l’image et dans leur ferveur à croire aux photographies, aux mondes qu’ils créent. Ils se jouent des codes et des supports et dialoguent avec l’art contemporain, voie qu’Arles s’apprête à suivre. »

Avec une attention particulière pour Jeannie Abert, jeune artiste française de 28 ans, qui présente une création inédite de cyanotype sur toile où ce procédé ancien est associé au photogramme et à plusieurs interventions plastiques (froissements, intervention sur l’image…) pour un résultat particulièrement convaincant.

© Jeannie Abert
© Jeannie Abert

En (sa)voir plus

Ouvert jusqu’au 12 juillet tous les jours de 8h30 à 20h, et du 13 juillet au 12 septembre, du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 16h à 20h. Fermé du 15 au 30 août.

Galeries le Magasin de jouets
19, rue Jouvène, à Arles
www.lemagasindejouets.fr

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet