Disparition de Peter Lindbergh, le photographe qui libérait les femmes

04 septembre 2019   •  
Écrit par Julien Hory
Disparition de Peter Lindbergh, le photographe qui libérait les femmes

Peter Lindbergh s’est éteint mardi 3 septembre à l’âge de 74 ans. Le célèbre photographe de mode allemand a eu une influence majeure sur son art. Retour sur la carrière de l’homme qui voulait libérer les femmes.

« Ce doit être la responsabilité des photographes de libérer les femmes, puis finalement tout le monde, de la terreur de la jeunesse et de la perfection.»

Si tant est qu’on puisse réduire à des mots l’importance que Peter Lindbergh a eue dans la photographie de mode, cette phrase pourrait être en exergue de son œuvre. Né en 1944 à Lezno, en Pologne, Peter Lindbergh a passé son enfance à Duisbourg, dans la Ruhr. Après des études à l’Académie des arts de Berlin dans les années 1960 et un passage par Arles, il a poursuivi ses études à l’école d’art de Krefeld puis il s’est installé à Düsseldorf, en 1971, où il est devenu l’assistant du photographe Hans Lux. Il est entré au grand hebdomadaire allemand Stern, et a côtoyé là-bas des photographes comme Helmut Newton et Guy Bourdin.

En 1978, Peter Lindbergh s’est installé à Paris, où il a continué sa carrière et développé une esthétique reconnaissable entre toutes. Le photographe allemand a contribué à de nombreuses revues de mode (VogueVanity FairHarper’s BazaarThe New Yorker…) et photographié des personnalités telles que Catherine Deneuve, Naomi Campbell, Cindy Crawford ou encore Linda Evangelista. Par trois fois, il réalisera les photos du fameux calendrier Pirelli.

© Peter Lindbergh

Un pionnier dans son art

« Considéré comme un pionnier dans son art, il a su redéfinir la photographie de mode contemporaine et ses standards de beauté en sublimant les femmes de tout âge », rappelle le communiqué de sa famille. C’est certainement ce qui distingue Peter Lindbergh, que de vouloir représenter les femmes dans leur intégrité. Passé maître d’un noir et blanc presque signature, l’artiste a cherché à saisir par l’image la personnalité des femmes qu’il photographiait. Attaché au réalisme, dans des scénographies souvent épurées, Peter Lindbergh aura marqué la photographie de mode tout en conservant sur elle un regard critique parfois sévère. « C’est une vache, disait-il. Elle mange un truc, avale, régurgite et puis remâche la même chose et recommence. C’est un grand recyclage en boucle. »

Une chose est sûre, la photographie de mode doit beaucoup à Peter Lindbergh. Grâce à lui, elle a gagné des sphères qui souvent l’ignoraient. Ainsi, ses photos sont sorties des pages de papier glacé des magazines pour gagner les cimaises des musées. Son travail fait partie des collections permanentes aux Beaux-Arts à travers le monde et a également été présenté dans de prestigieux musées et galeries. Peter Lindbergh a offert au monde de l’art une œuvre remarquable. Mais malheureusement, comme le souligne le communiqué de sa famille : « Il laisse derrière lui son épouse Petra, sa première épouse Astrid, quatre fils : Benjamin, Jérémy, Simon, Joseph, et sept petits-enfants. »  C’est avec un profond respect que la rédaction de Fisheye Magazine leur transmet ses plus sincères condoléances.

Fisheye Magazine | RSF & Peter Lindbergh : 100 photos de stars pour la liberté de la presse
Sophie Marceau © Peter Lindbergh
Fisheye Magazine | RSF & Peter Lindbergh : 100 photos de stars pour la liberté de la presse
Monica Bellucci © Peter Lindbergh
Fisheye Magazine | RSF & Peter Lindbergh : 100 photos de stars pour la liberté de la presse
Emmanuelle Seigner © Peter Lindbergh
Fisheye Magazine | RSF & Peter Lindbergh : 100 photos de stars pour la liberté de la presse
Charlotte Gainsbourg © Peter Lindbergh

© Peter Lindbergh

Peter Lindbergh © DR

Peter Lindbergh © DR

Image d’ouverture : © Peter Lindbergh

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •