Dissection du corps humain

22 mai 2019   •  
Écrit par Mélanie Baume
Dissection du corps humain

Sujets insolites ou tendance, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Signe Emma, artiste polyvalente de 36 ans, installée à Copenhague, n’hésite pas à brouiller la frontière entre réalisme et surréalisme. La preuve en images avec sa série In The Flesh.

Diplômée en communication visuelle à l’Université de Kingston et au Royal College of Art, au Royaume-Uni, Signe Emma est retournée vivre dans sa ville natale à Copenhague, au Danemark, pour travailler en tant que motion designer en freelance. Sa série In The Flesh, à l’apparence artificielle et inspirée de l’univers 3D, illustre sa fascination pour cette esthétique numérique.

Fascinée par la mise en scène, l’artiste s’inspire aussi du surréalisme et de natures mortes. En résultent des récits fictifs et intrigants. « Mon travail est inspiré par le mouvement surréaliste. Un rêve, une illusion, j’aime voir comment le regard humain parvient à saisir et fusionner les objets qui nous entourent », explique l’auteure. Signe Emma ne cesse d’expérimenter. Elle combine et juxtapose des créations 3D avec des objets du quotidien.

Une obsession pour la matérialité

La série In The Flesh est née d’une collaboration avec Theodoulos Polyviou, un artiste installé à Londres. Tous deux ont développé l’envie d’explorer la matière et le corps humain à travers le 8e art et l’utilisation d’un logiciel 3D. Un moyen de questionner les besoins de perfection et l’obsession de l’homme pour la matérialité. « C’est là que le corps humain disséqué n’est plus fiable, que le contexte apparaît comme inattendu et les expérimentations deviennent absurdes et divertissantes », confie l’artiste. Sac plastique renfermant des morceaux de doigts, mâchoire noyée au fond d’un verre d’eau, visage fragmenté… Leurs mises en scènes perturbent le spectateur et invitent à réfléchir sur la notion de beauté.

© Signe Emma

© Signe Emma

© Signe Emma© Signe Emma

© Signe Emma© Signe Emma© Signe Emma

© Signe Emma with the collaboration of Theodoulos Polyviou

Explorez
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •