Emma Egede Skafte : « A Journey through the Fjord »

19 décembre 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Emma Egede Skafte : « A Journey through the Fjord »

À Seyðisfjörður, à l’est de l’Islande, l’établissement indépendant LungA propose de repenser l’apprentissage et la création comme un rapport à soi. Immersion avec la Danoise Emma Egede Skafte, 24 ans, ancienne élève de l’école et photographe, qui signe avec A Journey through the Fjord un reportage intime. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

« Je crois que la photographie consiste à raconter sa propre histoire tout en parvenant à faire ressentir des choses. Être photographe? C’est être anarchiste et audacieux. C’est aussi déclencher des frissons »

, explique Emma Egede Skafte, 24 ans, étudiante en deuxième année à la Danish School of Journalism (DMJX) à Copenhague, au Danemark. Il y a trois ans, à Seyðisfjörður, un village situé dans un fjord, à l’est de l’Islande, elle a suivi un programme artistique au sein de l’école LungA, un antre de l’anarchie justement. Durant trois mois, artistes, philosophes et autres rêveurs y ont animé des ateliers autour de la créativité.

« LungA est un tourbillon d’émotions et de créations. On y apprend à explorer notre passé pour appréhender l’avenir. On nous invite à puiser dans nos expériences », précise la jeune artiste. La seule consigne? « Tout déchirer pour tout remettre en place. (…) Durant mon séjour, j’ai beaucoup expérimenté : j’ai gardé le silence durant vingt-quatre heures, j’ai vu des aurores boréales et j’ai recréé des souvenirs. J’ai aussi nagé dans l’eau glacée, creusé une grotte et construit un instrument de musique avec de la ferraille trouvée dans une décharge. Je me rappelle enfin du moment où mon ami s’est déshabillé durant une exposition et a crié vers le ciel, ajoute Emma Egede Skafte, avant de poursuivre. S’il est impossible de se connaître pleinement, j’ai l’impression d’avoir trouvé une partie de moi à LungA. »

© Emma Egede Skafte

Accepter les règles de la nature

Là-bas, les étudiants recherchent leur propre vérité et apprennent à la révéler pendant le temps de création. Ils réapprennent aussi à accepter les règles de la nature : l’école est située dans un cadre idyllique. En témoignent d’ailleurs les photos d’Emma. « J’ai photographié les personnes avec qui j’ai partagé cette expérience. J’ai également essayé de capturer l’ambiance du lieu. Je veux que le regardeur, en visionnant mes images, sente l’exploration et la curiosité en même temps que la confusion et la sauvagerie ». A Journey through the Fjord apparaît comme une tentative de « sous-titrer » cette expérience complexe et ô combien fertile au sein de l’établissement islandais – un espace idéal pour se ressourcer, se détacher d’un monde où le résultat importe plus que le chemin, et transformer ses perceptions. Pour intégrer l’école, rien de plus simple, il suffit d’avoir « l’esprit ouvert, un cerveau créatif, l’envie d’explorer et de convaincre Jonathan ou Lasse, tous deux créateurs et professeurs à LungA, lors d’un entretien via Skype », engage Emma Egede Skafte. Avis aux amateurs !

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #39, en kiosque et disponible ici.

© Emma Egede Skafte

© Emma Egede Skafte© Emma Egede Skafte

© Emma Egede Skafte© Emma Egede Skafte

© Emma Egede Skafte© Emma Egede Skafte

© Emma Egede Skafte

© Emma Egede Skafte

Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina