Ernst Haas, chats et gangsters : le portrait chinois d’Eduard Sánchez Ribot

27 janvier 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ernst Haas, chats et gangsters : le portrait chinois d'Eduard Sánchez Ribot

« J’aime immortaliser les repas et tout ce qui a trait à la cuisine, aux choses communes. Saisir la beauté de ces éléments est très satisfaisant », confie Eduard Sánchez Ribot, auteur de la couverture du Fisheye #57. Né en 1992, le photographe catalan se plaît à mettre en lumière la fragile harmonie des petits moments du quotidien dans des compositions étudiées. « En vérité, élaborer mes images me confère une sérénité d’esprit. Je suis toujours enclin à créer des tableaux ordonnés, sans trop de chaos, explique-t-il. J’imagine que cela fait partie de ma personne et correspond à ma manière d’appréhender l’existence. » Porté par le hasard d’un instinct ou d’une pensée profonde et vagabonde, il utilise le 8e art comme un médium susceptible d’apporter les réponses à une quête d’identité permanente. « Je travaille en ce moment sur un projet que j’ai nommé 8 004 981 877. Le titre est une approximation du nombre d’habitants de la planète. Nos vies évoluent, mais nous ne réalisons presque jamais comment ni où elles nous mènent. Pourquoi je choisis ce chemin plutôt qu’un autre ? Est-ce que je souhaite vraiment m’y aventurer ? Ou est-ce une volonté de la société ? Avec le temps qui passe, nous nous demandons souvent si nous agissons en accord avec nous-mêmes », souligne-t-il. Dans l’ouvrage qu’il espère publier en 2023, l’artiste espagnol entend cristalliser ses réflexions en traçant sa propre voie « à travers un conflit intérieur que le monde actuel rend insupportable autrement ». Eduard Sánchez Ribot, dont nous avions déjà présenté le travail, se prête aujourd’hui à l’exercice du portrait chinois.

Si tu étais…

Une émotion ?

La nostalgie, elle me pousse à prendre des photos.

Une de tes images ?

La toute première. C’était en 2013, à Lille. Une photo banale : une plante avec des livres sur le sol et une lampe sphérique. Depuis ce cliché, je n’ai jamais arrêté de prendre des photos.

© Eduard Sánchez Ribot

Une période historique ?

Les années 1970-80, mais surtout les années 1980 parce que je me sens vraiment lié à l’esthétique de cette période, de même qu’à son imaginaire.

© Eduard Sánchez Ribot

Un personnage historique ou de fiction ?

Vito Corleone, le meilleur gangster de tous les temps ! J’adore les films sur les gangsters.

© Eduard Sánchez Ribot

Une lumière ?

Toujours un coucher de soleil, mais en hiver, bien sûr !

© Eduard Sánchez Ribot

Quelqu’un, mort ou vivant, avec qui réaliser un projet en duo ?

Ernst Haas. Je l’ai découvert il y a quelques mois. Je suis fasciné par ses couleurs et ses compositions impossibles.

© Eduard Sánchez Ribot© Eduard Sánchez Ribot

Un animal réel ou légendaire ?

Je suis un amoureux des chats !

© Eduard Sánchez Ribot

Un décor inhabituel ?

Ma maison. Parfois, elle fait office de charmant décor.

© Eduard Sánchez Ribot

Une musique ?

Bad Kingdom de Moderat. Elle me fait pleurer.

© Eduard Sánchez Ribot

Un espace culturel ?

Le Musée de l’Orangerie. C’est le meilleur musée que j’ai été donné de voir. Ces peintures… Wow !

© Eduard Sánchez Ribot

Une anecdote ?

Je ne me suis jamais intéressé à la photographie avant ma première photo, en 2013.

© Eduard Sánchez Ribot© Eduard Sánchez Ribot

Un penseur et sa citation ?

Poc a poc i bona lletra. C’est un proverbe populaire catalan. Ça veut dire que les choses ne doivent être faites dans la précipitation, mais avec prudence, avec la lenteur nécessaire pour qu’elles se passent bien.

© Eduard Sánchez Ribot

Un paysage ?

Les Pyrénées catalanes.

© Eduard Sánchez Ribot

© Eduard Sánchez Ribot

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin