Et s’éblouir : moments de grâce photographiques

20 octobre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Et s’éblouir : moments de grâce photographiques
© Dan Aucante
© Laure Pubert
© Estelle Lagarde

Jusqu’au 18 novembre 2023, la Galerie Rachel Hardouin organise Et s’éblouir, exposition des six photographes de l’agence révélateur. L’éblouissement, en tant que moment d’inspiration artistique ultime, est ici interprété de moult façons par chacun·e des artistes. Un événement au programme des Rencontres Photographiques du 10ème, Paris.

L’éblouissement est ce moment où l’artiste plonge vers la lumière, c’est un émerveillement qui vient de l’intérieur et donne lieu à l’instant photographique. Avec l’exposition Et s’éblouir, la Galerie Rachel Hardouin et l’agence révélateur présentent le travail des six photographes défendu·es par celle-ci. Pour chacun·e, l’intention est de capturer ce moment de grâce, aussi différentes ces œuvres soient-elles. Chacun·es de ces photographes interroge, de manière sous-jacente, nos propres éblouissements. Rachel Hardouin et Olivier Bourgoin nous invitent à appréhender cette lumière nichée en chacun·e de nous. « L’esprit navigue, divague, s’évade et se rejoint. La lumière est là, celle que nous portons en nous, celle que nous offrent les artistes. Il faut s’y plonger, la suivre, sans chercher à lui donner un sens précis. C’est peut-être ça s’éblouir ? Cette capacité à aller au-delà de ce qui est, à s’inventer un monde au sein du monde » écrit le photographe et critique Frédéric Martin.

L’endroit de tous les possibles

L’approche des photographes Dan Aucante et Laure Pubert est particulièrement intéressante. Pour Dan Aucante, l’éblouissement est un lieu d’expérimentation. Il surgit d’un moment de bascule où le négatif, qui n’a pas encore abouti dans une image tangible, devient l’endroit de tous les possibles. Un endroit de bascule. Cette vision expérimentale vise à ouvrir des portes plutôt que d’arriver à une photographie définitive et figée. Elle croit en l’avènement des possibles et des devenirs. C’est aussi une bascule du corps, « où l’on oscille entre le passé et le présent, l’enfance et la vieillesse », comme l’écrit Frédéric Martin. Dans la photographie de Laure Pubert, quant à elle, il existe quelque chose de fragile, « une vérité délicate qui se rapproche en permanence de la rupture. » La photographe associe polaroïd et peinture pour donner vie, elle aussi, à un univers expérimental. Son art est celui de la mutation permanente et de la métamorphose. L’éblouissement est donc un état prolongé plus qu’une illumination, une transition qui floute les confins de son œuvre. La lumière se transforme en un voyage, en long un processus, en un chemin presque initiatique. « Observer, s’émerveiller, laisser entrer la lumière. Et s’éblouir est un cheminement vers un espace extérieur, une introspection vers le monde intérieur, commente la galeriste Rachel Hardouin. Il n’est pas question ici de temporalité. Il n’est pas considéré de moment parfait ou de moment propice à cette immersion. C’est l’histoire collective de six photographes. »

© Christine Delory-Momberger
© Michaël Serfaty
© Irène Jonas
À lire aussi
Les Rencontres photographiques du 10e : l’amour passé au crible 
© Guillaume Blot
Les Rencontres photographiques du 10e : l’amour passé au crible 
À l’occasion de la dixième édition des Rencontres photographiques du 10e, le Point…
10 octobre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Jan Saudek & Irène Jonas : déracinements entrelacés
© Jan Saudek
Jan Saudek & Irène Jonas : déracinements entrelacés
Du 6 octobre au 16 novembre, la galerie Remèdes à Paris, présente Correspondances¸ une exposition qui crée un dialogue entre le maître…
09 octobre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Explorez
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
01 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
01 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
01 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina