Festival L’Homme et la mer : figures humaines sur fonds marins

25 mai 2023   •  
Écrit par Léa Boisset
Festival L’Homme et la mer : figures humaines sur fonds marins

 

Pour sa 13e édition, du 1er juin au 30 septembre, le festival investit les rues du Guilvinec. Il invite les promeneur·ses à découvrir seize expositions, riches de plus de 350 photographies, s’attachant aux liens multiples qui unissent l’homme et la mer.

Dans cette exposition à ciel ouvert, les photographes explorent la mer comme source d’inspiration et mine nourricière pour les hommes et les femmes de tous lieux et de toutes époques. Pour élargir encore ses horizons, le festival a enrichi cette première thématique avec deux autres sujets, qui la complètent. Il s’allie en effet à la Bibliothèque Nationale de France en exposant quatre lauréats de la Commande photographique « Radioscopie de la France : regard sur un pays traversé par la crise sanitaire » initiée par le Ministère de la culture. Cinq autres artistes auront également carte blanche pour représenter un nouveau pays mis à l’honneur : le Chili.

© Mathias Depardon

© Mathias Depardon

Fragilités océanes de toutes latitudes

Si cette masse informe et infinie qu’est l’océan a toujours fasciné, c’est ici de sa relation avec les hommes et les femmes qu’elle tire la force de sa poésie. Les photographes, qui traversent les mers du monde entier (Turquie, Chili, Inde, Irak, France et bien d’autres), nous transmettent à travers elles d’importantes questions sociales et économiques, telles que les migrations de population, les conflits liés à l’environnement, les nouvelles difficultés rencontrées par les pêcheur·ses et autres acteurices du port, et ce à différentes échelles (mondiale, nationale, régionale). Gaston Bailo et Frédéric Mery nous racontent par exemple les savoir-faire traditionnels en danger, l’un à travers l’histoire des pêcheur·ses du port de Valparaiso, contraint·es par des lois qui favorisent les intérêts de grands navires industriels, au détriment des pêcheur·ses artisanaux, l’autre en contant le courage de plongeuses japonaises partant à la pêche aux fruits de mer pour nourrir leurs familles, tradition menacée du fait de conditions de travail difficiles et du réchauffement climatique. Des photographies aux regards pluriels, qui nous invitent à en découvrir davantage sur notre prochain et sur les enjeux de ce trésor naturel, plus ou moins bien partagé entre les pays et les individus.

© Frédéric Mery

© Frédéric Mery

© Julie Bourges© Frédéric Mery

À g. © Julie Bourges , à d. © Frédéric Mery

© Gaston Bailo© Andrew Mcconnell

À g. © Gaston Bailo, à d. © Andrew Mcconnell

© Gaston Bailo

© Gaston Bailo

© Tanguy Louvigny© Mathias Depardon

À g. © Tanguy Louvigny, à d. © Mathias Depardon

Image d’ouverture © Andrew Mcconnell

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill