Fisheye 35 : les dessous de la couv’

Fisheye 35 : les dessous de la couv'

Découvrant la photographie à 16 ans dans le laboratoire photo de son école, Daniela Muttini a d’emblée été séduite par la chimie argentique et ne s’en est jamais éloignée.

Autodidacte, elle a commencé à réaliser des images en noir et blanc de ses amis, de manière traditionnelle, puis au fil des ans, elle a créé des mises en scène en utilisant tout un bric-à-brac d’objets qu’elle accumulait. « Des productions théâtrales en couleurs, le plus souvent avec des femmes, avec une attirance pour les personnages étranges qui évoquent des tableaux, précise-t-elle. Nous sommes tellement bombardés de photos dans notre vie quotidienne qu’il devrait toujours y avoir quelque chose de spécial, de bizarre et d’unique dans l’image pour attirer l’attention. Quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

C’est ce qui est à l’œuvre dans la photo qui fait la une de ce numéro, où Daniela Muttini souhaitait faire bouger « l’image de la femme mi-vierge mi-salope, qui est encore très présente dans la société latine ». Originaire de Lima, au Pérou, la photographe s’est installée à Madrid, en Espagne, il y a quelques années. À 30 ans, elle reste très attachée à la photographie analogique, au moyen format, et au travail à la chambre. Elle a poursuivi son exploration du 8e art par une formation en 2017 à l’EFTI, le Centre international de la photographie et du cinéma (Madrid), et expérimente la technique du collodion humide, en gardant un goût prononcé pour l’aspect manuel et artisanal de la photographie.  

Vidéo : © Nina Peyrachon

© Daniela Muttini

© Daniela Muttini© Daniela Muttini

© Daniela Muttini

© Daniela Muttini

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill