Guénaëlle de Carbonnières : une poétique de l’archéologie

Guénaëlle de Carbonnières : une poétique de l’archéologie
Jusqu’au 18 mars, la Galerie Binome accueille une exposition de Guénaëlle de Carbonnières, Les marées de pierre. Photographe iconoclaste, cette dernière donne vie à des images archéologiques poétiques et crée un point de rencontre entre la photographie et l’art plastique.

« Guénaëlle de Carbonnières appartient à une génération d’artistes pour laquelle l’image ne se réduit pas à une affaire de représentation. Ce qu’il y a “à voir” doit désormais dépendre de l’expérience plastique, c’est la seule façon de montrer autrement, en faisant de la matière même et des gestes, les acteurs de tout premier plan. » Ces mots, tirés du texte À l’intérieur des images de l’historien de la photographie Michel Poivert, résument parfaitement le travail de Guénaëlle de Carbonnières. Cette artiste, dont la démarche s’extrait de la simple représentation du réel, donne vie à une archéologie du photographique. Une exploration qu’elle accomplit en travaillant ses images selon d’anciens procédés. Son art exploite et détourne les potentialités du médium en mélangeant harmonieusement le numérique, l’analogique et l’art plastique. Dans sa série Les marées de pierre, exposée à la Galerie Binome, Guénaëlle de Carbonnières s’empare notamment d’images de sites historiques à partir de sources hétéroclites : catalogues de ventes, banques d’images médiatiques, fonds d’archives… Par des techniques de surimpression, de collage, de surexposition, de modulation de valeurs, de solarisation, elle donne vie à des compositions inédites et indéfinissables. Ces ruines, qui appartiennent à un patrimoine commun, deviennent alors des reconstructions libres, emplies de poésie.

Guénaëlle de Carbonnières, série Creuser l’image Baalbek, porte, 2022 encre et gravure à la pointe sèche sur tirage argentique contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet pièce unique - 27 x 32 cm

Guénaëlle de Carbonnières, série Creuser l’image Baalbek, porte, 2022, encre et gravure à la pointe sèche sur tirage argentique, contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet, pièce unique – 27 x 32 cm

Transformer les ruines

Dans Les marées de pierre, Guénaëlle de Carbonnières met en dialogue quatre de ses séries : Le temps voilé, dans laquelle des fragments d’images d’architectures anciennes sont transposés sur soie sérigraphique, Cités englouties, qui joue avec les utopies de cités industrielles pensées par l’architecte Tony Garnier, Creuser l’image, qui construit des compositions hybrides à partir d’images de sites archéologiques en zone de guerre (Mossoul, Alep…) et Submergées, dans laquelle des monuments célèbres sont engloutis par les flots. En quête d’une poétique des ruines, l’artiste met ainsi en scène un écoulement temporel et visuel.

Une péremption accentuée par les processus chimiques auxquels elle soumet ses photographies. Comme surgissant d’un abîme, ces bâtiments sont les vestiges de notre humanité. De ce que nous avons été, mais aussi de ce que nous serons : car ces ruines sont aussi celles du monde contemporain, que la photographe envisage englouti par les flots. En fuyant tout lyrisme, Guénaëlle de Carbonnières fait preuve d’un humour subtil. Dans la série Submergées, par exemple, elle s’empare d’icônes archéologiques – le Parthénon, le Colisée, ou même une pyramide – pour les transformer en éléments de décoration miniature pour aquariums. « Tels une partie émergée et palpable d’un inconscient collectif intangible, les ruines antiques et monuments du passé deviennent dans ma pratique un motif reproductible et un matériau malléable pour évoquer la mémoire et ses formes multiples, explique la photographe dans son livre Palimpsestes du territoire – Rêver la ville avec Tony Garnier. Tantôt nets, tantôt flous, presque toujours évanescents et entrelacés, les éléments architecturaux se déploient par strates sur divers supports en épuisant les valeurs du noir et du blanc, dans un rapport quasi-constant à la naissance de la photographie argentique. »

Guénaëlle de Carbonnières, série Creuser l’image Alep, Minaret, 2022 encre et gravure à la pointe sèche sur tirage argentique contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet pièce unique - 64 x 74 cm

Guénaëlle de Carbonnières, série Creuser l’image Alep, Minaret, 2022 encre et gravure à la pointe sèche sur tirage argentique contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet pièce unique – 64 x 74 cm

Guénaëlle de Carbonnières, série Submergées (ruines d’aquarium), 2021 Colisée tirage argentique par contact sur papier RC encadrement en métal blanc, verre antireflet tirage unique dans une édition de 3 - 40 x 30 cmGuénaëlle de Carbonnières, Dépôt série Cités englouties, 2022 photogrammes sur papier RC contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet pièce unique - 118 x 74 cm

à g. Guénaëlle de Carbonnières, série Submergées (ruines d’aquarium), 2021 Colisée tirage argentique par contact sur papier RC encadrement en métal blanc, verre antireflet tirage unique dans une édition de 3 – 40 x 30 cm, à d. Guénaëlle de Carbonnières, Dépôt série Cités englouties, 2022 photogrammes sur papier RC contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet pièce unique – 118 x 74 cm

Guénaëlle de Carbonnières, Pierre, plis, série Le temps voilé, 2023 photogramme fragmenté sur papier RC contrecollage sur aluminium, verre antireflet pièce unique - 43 x 33 cm
Guénaëlle de Carbonnières, Pierre, plis, série Le temps voilé, 2023
photogramme fragmenté sur papier RC
contrecollage sur aluminium, verre antireflet
pièce unique – 43 x 33 cm
Guénaëlle de Carbonnières, Enveloppe, série Le temps voilé, 2023 photogramme fragmenté sur papier RC contrecollage sur aluminium, verre antireflet pièce unique - 50,8 x 61 cm
Guénaëlle de Carbonnières, Enveloppe, série Le temps voilé, 2023
photogramme fragmenté sur papier RC
contrecollage sur aluminium, verre antireflet
pièce unique – 50,8 x 61 cm

à g. Guénaëlle de Carbonnières, Pierre, plis, série Le temps voilé, 2023 à d. Guénaëlle de Carbonnières, Enveloppe, série Le temps voilé, 2023 photogramme fragmenté sur papier RC contrecollage sur aluminium, verre antireflet pièce unique – 50,8 x 61 cm

Image d’ouverture : Guénaëlle de Carbonnières, série Creuser l’image Baalbek, porte, 2022, encre et gravure à la pointe sèche sur tirage argentique, contrecollage sur aluminium, encadrement boîte et verre antireflet, pièce unique – 27 x 32 cm

Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti