Initial Labo, concept store augmenté

06 février 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Initial Labo, concept store augmenté

Direction Boulogne-Billancourt, où Initial Labo s’est refait une beauté. À l’occasion de la réouverture du lieu, le laboratoire devenu concept store a accueilli Famille nombreuse, une exposition du collectif Bruxellois La Straussphère qui accompagne Roméo Elvis depuis 2016. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Une renaissance plus qu’une réouverture. La distinction est importante pour Denise Zanet, directrice du marketing et du développement de la structure Métropole. Un an et demi plus tôt, sa société spécialisée dans l’impression numérique et dans la régie événementielle a acheté Initial Labo, un laboratoire très mal en point. « L’équipe, comme le laboratoire, a été conservée tandis que le concept a évolué. L’Ouest parisien manquait cruellement de structure photographique. L’idée était de créer un espace convivial tout en marquant une rupture, explique Denise, à la tête du lieu depuis un an. Nous soutenons la photographie, les photographes, et nous souhaitons faire découvrir le 8eart à tous. Désormais, chez Initial Labo, il est possible de parler photographie à tous les niveaux. » Les prestations liées à l’image – traitement, numérisation, encadrement et scénographie – se poursuivent et se développent. Le laboratoire s’est équipé d’une nouvelle imprimante 3D grand format (disponible chez Métropole), et cherche à investir dans l’impression Piezo – un procédé qui utilise des encres aux pigments de charbon.

Avec ses 600 m2, Inital Labo devient un espace ressource où l’on trouve une librairie dotée d’une sélection d’ouvrages de référence – livres des éditions Xavier Barral ou Actes Sud, notamment, mais aussi une boutique qui rassemble photographes, graphistes et créateurs. Le visiteur pourra ainsi découvrir les élégants carnets de la collection Louise Carmen, où s’amuser à retrouver les boîtiers de légendes devenus bijoux grâce au savoir-faire de l’atelier Paulin. Autre nouveauté, Initial Labo ouvre une galerie. « Nous accueillerons cinq à six expositions par an, durant un mois et demi environ. En complément, nous organiserons aussi des ateliers, des conférences, des projections et des lectures de portfolios », précise Denise Zanet.

© Initial Labo

© Initial Labo

Montrer d’autres facettes

Pour sa première exposition, Initial Labo a accueilli le collectif La Straussphère et sa Famille nombreuse. Un événement en forme de clin d’œil à un EP du rappeur belge Roméo Elvis produit quand il était étudiant. « Famille nombreuse dévoile d’autres facettes du parcours de Roméo. S’il occupe une place centrale dans ce projet, il n’est pas seul : on compte le public, l’équipe technique, les amis, et toutes les personnes qui gravitent autour. Nous sommes une famille », confient Martin Gallone et Nicolas Catalano, les deux photographes du collectif. Depuis 2016, le binôme suit le rappeur belge et documente son ascension. « Il y a des images de scène, évidemment, mais nous montrons aussi les à-côtés. Les défis artistiques y sont plus intéressants », confient les deux complices qui ont travaillé matières et textures dans une scénographie non linéaire. « On peut y apercevoir Roméo Elvis qui semble malade, vidé de toute son énergie après un concert : on dirait presque qu’il a donné son âme. Impossible de produire de telles images sans confiance, complicité et bienveillance. Cette exposition témoigne d’une générosité extraordinaire à l’égard de leur communauté », commente Denise Zanet.

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #40, en kiosque et disponible ici.

© La Straussphère

© La Straussphère© La Straussphère
© La Straussphère© La Straussphère
© La Straussphère© La Straussphère

© La Straussphère

© La Straussphère

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •