Interview avec Newsha Tavakolian : « Je ne voulais pas regarder la guerre à la télé »

17 juillet 2014   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Interview avec Newsha Tavakolian : « Je ne voulais pas regarder la guerre à la télé »

A 33 ans, Newsha Tvakolian vient de remporter la 5e édition du Prix Carmignac Gestion du Photojournalisme pour son travail sur l’Iran. Cette autodidacte entame sa carrière dans la presse iranienne à l’âge de 16 ans, avant de devenir la plus jeune photographe à couvrir le soulèvement étudiant de 1999 deux ans plus tard. Depuis, son parcours impressionnant est marqué par la couverture de plusieurs conflits au Moyen-Orient et la réalisation de documentaires sociaux dans la région. Interview.

Portrait de Somayyeh, professeure divorcée âgée de 32 ans © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

Fisheye : Comment se fait-il que tu aies travaillé dans la photo si jeune ? Était-ce difficile ?

 Newsha Tavakolian : En effet, j’ai commencé la photo très jeune, pour plusieurs raisons. La plus importante est que je n’ai jamais trop aimé l’école. Comme j’étais dyslexique, j’ai toujours trouvé ça difficile de réussir mes études comme je le souhaitais. La photographie a été pour moi un nouveau langage, un moyen d’exprimer mes pensées et mes sentiments à travers l’image.

 Je n’ai jamais étudié la photographie, ça s’est fait un peu par hasard quand j’ai trouvé à la maison le vieil appareil de mon père. Mais dès j’ai commencé à prendre des photos, je ne pouvais plus m’arrêter. J’y passais tout mon temps et c’est devenu ma passion.

Bénévole lors une campagne d’éducation nutritionnelle à Téhéran. © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

 

Et puis, c’était une façon pour moi d’être totalement indépendante vis-à-vis de ma famille et de m’assumer financièrement. J’ai donc quitté l’école à 16 ans en sachant que c’était la carrière que je voulais poursuivre. Même si ça a été difficile au début, dès que j’ai eu un poste dans un magazine féminin, j’ai su que j’avais fais le bon choix et que mon futur était dans la photo.

Chauffeur de taxi. Derrière lui, l’affiche de la pièce de Beckett, <em><figcaption class=En attendant Godot. © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac” width=”1200″ height=”898″ />

Fisheye : Pourquoi as-tu d’abord choisi de couvrir les conflits ?

Newsha Tavakolian :  Quand je travaillais comme photo-journaliste, je me suis aperçue que je ne voulais pas rester à la maison à regarder les conflits et les guerres à la télé. J’avais envie d’y être, au milieu de l’action, à prendre des photos. Je voulais ressentir ce que c’est d’être dans et autour d’un conflit pour mieux retranscrire les émotions dans mes images.

Mais après avoir couvert deux guerres, j’ai réalisé que je n’étais pas une reporter de guerre. J’ai trouvé ça très dur, très pénible. J’ai décidé que j’étais davantage intéressée par raconter les histoires des gens et j’ai commencé la photo conceptuelle. Mais je serai toujours reconnaissante d’avoir eu l’opportunité de couvrir ces conflits. Je crois que ces expériences ont fait de moi une meilleure photographe.

Ali et sa fille. Il a fait la guerre Iran-Irak pendant sept ans, il s’était engagé à 16 ans. © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

Fisheye : De quoi traitait ton projet sur l’Iran pour le Prix Carmignac ?

Newsha Tavakolian : Mon travail sur l’Iran parle de la jeunesse des classes moyennes. J’ai toujours voulu aborder ce sujet parce que leurs vies ne paraissent pas forcément très intéressantes mais je crois qu’il est important de raconter leurs histoires. Le prix Carmignac Gestion du Photojournalisme m’a donné l’opportunité, le temps et les ressources d’enquêter sur ce projet spécifique.

Je pense que la classe moyenne est une part importante de la société et que ses histoires sont souvent oubliées, car on se concentre toujours soit sur les privilégiés soit sur les classes défavorisées. Je crois que cette classe moyenne va bientôt se dissoudre donc je voulais mettre la vie de ces gens au premier plan et la partager avec le monde.

Couple sur la côte caspienne. L’Iran présente un taux de divorces très élevé. © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac
© Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

Fisheye : Quel est l’objectif de Rawiya, le groupe de femmes photojournalistes que tu as créé au Moyen-Orient ? 

 Newsha Tavakolian : J’ai toujours voulu supporter et collaborer avec d’autre photojournalistes femmes de la région. On est un petit groupe qui fait face aux mêmes challenges, aux mêmes problèmes que les autres femmes qui travaillent au Moyen-Orient. J’avais l’impression qu’on ne nous laissait jamais exprimer nos pensées et qu’on été souvent réduites au silence, dans un domaine d’activité surtout masculin. Donc je me suis dit : « Pourquoi ne pas trouver un moyen de parler pour nous-mêmes et de raconter nos propres histoires ? »

Le parc d’attractions Eram, près de Téhéran, a vieilli : certaines attractions sont fermées. © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

J’ai donc créé Rawiya en 2011, avec cinq autres femmes photographes. Nous avons essayé de présenter un point de vue « insider » de cette région troublée et de montrer les problèmes politiques et sociaux. Malheureusement, aujourd’hui, mon emploi du temps chargé ne me permet plus de faire partie du groupe, mais elles continuent d’avoir beaucoup de succès et je suis très fière de ce que nous avons créé

Le site de Newsha Tavakolia

Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet