«Je suis un photographe social»

30 mars 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
«Je suis un photographe social»

En 2015, Kevin Faingnaert se rend à Matavenero, un écovillage situé dans le nord-ouest de l’Espagne. Durant trois semaines, il partage le quotidien de cette communauté autonome et réalise des images fascinantes. Entretien.

Fisheye : Raconte-nous tes premiers pas dans le milieu de la photo ?

Kevin Faingnaert :

J’avais 14 ans lorsque j’ai reçu mon premier boîtier. À l’époque, je photographiais surtout mes amis, le skateboard et mes week-ends de randonnée. Je voulais juste montrer à mes amis et à ma famille où j’allais et ce que je faisais. Puis le passe-temps est devenu une obsession. Le jour où j’ai décidé de quitter mon emploi a été le plus beau de ma vie. Aujourd’hui, je réalise des projets à plusieurs entrées : j’aime autant la photo documentaire que de paysage ; j’aime réaliser des portraits intimes, aussi.

Dans quelle mesure ton passé de sociologue nourrit-il ton approche photographique ?

En tant qu’ancien sociologue, je m’intéresse aux personnes et aux structures qui les lient. La pratique de la photo nourrit ma curiosité. J’ai toujours aimé voir comment les autres se comportent, vivent et échangent au sein d’un groupe. J’aime, par exemple, analyser ce qui pousse les gens à changer de style de vie. Je suis un photographe social : j’ai besoin de parler aux gens que je rencontre avant de les photographier. L’appareil photo est un bel outil pour le timide que je suis. Et puis, je suis fasciné par les gens qui concrétisent leurs idéaux par l’action ; c’est un travail acharné. Plus ils sont ambitieux et fous dans leur activité et plus je suis impressionné.

© Kevin Faingnaert
Antoni grew up in a nearby Spanish city. 6 years ago he decided to move to Matavenero and bought this house from its former owner.
© Kevin Faingnaert
Jürn is a German who joined the village in 1996. He walked across different European countries before stumbling upon Matavenero.

Comment décrirais-tu Matavenero à quelqu’un qui n’y est jamais allé ?

Matavenero est un écovillage construit en 1989. Il se situe au nord-ouest de l’Espagne, dans une région montagneuse. Plus qu’un village, Matavenero est une communauté remarquablement isolée, car uniquement accessible à pied. Je m’y suis rendu pendant trois semaines au printemps 2015 pour documenter les habitants et leur mode de vie. Je voulais dresser le portrait de personnes ayant décidé de vivre selon leurs croyances, loin de l’agitation de la vie moderne.

Comment as-tu réussi à intégrer le village puis à réaliser ta série Matavenero ?

Avant de faire des photos, j’ai travaillé avec la communauté de Matavenero. J’ai nettoyé le bar du village, creusé un nouveau canal ou encore nourri les ânes… J’ai commencé à sortir mon appareil photo après plus d’une semaine de participation aux tâches quotidiennes. Il me semblait important de respecter et d’honorer le style de vie des habitants. Je ne suis pas là pour faire du voyeurisme. Je travaille en collaboration : je veux que mes modèles aient confiance en moi et qu’ils soient fiers du résultat final.

Que représente Matavenero pour toi ?

Pour certains, Matavenero est une utopie irréaliste. Pour moi, il s’agit d’un style de vie écologique et autosuffisant que je ne peux m’empêcher d’admirer. Là-bas, les habitants transforment leurs idéaux en actes, du fait de leur travail acharné.

Comment définirais-tu les relations établies avec les habitants de la communauté ?

Il m’a fallu du temps et des efforts pour entrer réellement en contact avec eux et gagner leur confiance. La plupart des gens qui vivent à Matavenero n’aiment pas l’idée d’être photographiés. Et puis, ma présence étrangère s’est transformée en une coexistence véritable. Cela m’a permis de faire une série de portraits de personnes que je considère aujourd’hui comme des amis. Un portrait, c’est une heure de discussion autour d’un café, puis 10 minutes de shooting.

© Kevin Faingnaert
Uli, one of the German people who founded the village back in 1989.
© Kevin Faingnaert
Leoni has been born in Matavenero in 1992 and has lived there ever since. Her three months old baby is already a third generation of children to appear.

As-tu fait des rencontres mémorables ?

Je garde de bons souvenirs de tous ceux que j’ai rencontrés là-bas. Chacun d’entre eux avait un parcours de vie intéressant.

Jürn, par exemple. Cet allemand de 56 ans n’a pu s’adapter à la société moderne, il a donc choisi de quitter un monde sous pression pour vivre plus près de la terre. Il est l’un des fondateurs du village. Ici, son nom apparaît sur les outils, les livres et les arbres. Il joue aussi un rôle important dans le développement du village à travers son implication dans des activités sociales.

Il y a Dani aussi, un illustrateur de 28 ans, qui a grandi à Barcelone. Alors qu’il cherchait un endroit paisible où pratiquer son art, il a visité Matavenero en 2009 et décidé de s’y installer. Il passe maintenant ses matinées à s’occuper des abeilles, ses après-midi à peindre et à dessiner ou à courir le long des sentiers dans les montagnes. Et il est toujours en contact avec un galeriste à Barcelone, où il vend ses œuvres d’art.

D’autres, comme Leoni, 26 ans, sont nés à Matavenero. Un jour, elle a tenté de quitter Matavenero pour une nouvelle vie à Berlin, mais elle est revenue un an plus tard, avec son nouveau compagnon. Ils ont construit une nouvelle maison ensemble et ont eu leur premier enfant quelques mois avant mon arrivée.

Cette série en trois mots ?

Utopie, nature et dévouement.

 

© Kevin Faingnaert

© Kevin Faingnaert

© Kevin Faingnaert
The path to Poibueno, Matavenero’s sister eco-village, down in the valley below.
© Kevin Faingnaert
House of Leoni
© Kevin Faingnaert
The communal sauna was one of the first constructions being built in Matavenero. It was mainly built to beat the cold winter blues.
© Kevin Faingnaert
Stack of toys from a Danish family living in Matavenero
© Kevin Faingnaert
The communal tool shed
© Kevin Faingnaert

© Kevin Faingnaert

© Kevin Faingnaert
Nicolas lived in Valencia, before moving to Matavenero only 10 months ago. All new residents are expected to spend at least one year living in Matavenero before being eligible to stay in the community. Nicolas is a bird enthusiast and spends every morning observing birds.
© Kevin Faingnaert
Dani is 28 years old and grew up in Barcelona. He moved to Matavenero 4 years ago to find a place where he could work peacefully on his drawings and paintings. He recently became a published artist.
© Kevin Faingnaert
Cleo, 14 years old, was born in Matavenero and is the only girl her age in Matavenero.
© Kevin Faingnaert
Christina and her dog enjoying sunset. Christina was born in Bembibre, the nearest village to Matavenero. She moved to Matavenero in 1991, after meeting the people of Matavenero on a market in Bembibre. Christina is the head of the communal garden and owns the grocery store.

© Kevin Faingnaert

 

Réalisation : Nina Peyrachon

Explorez
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet