Julie Hascoët et ses visions du territoire

11 mars 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Julie Hascoët et ses visions du territoire

Suite au prix La Gacilly x Fisheye 2016, Julie Hascoët ne cesse de documenter les territoires. Retour sur le parcours d’une artiste talentueuse et prolifique.

De la Bretagne au Mexique, Julie Hascoët photographie le territoire qu’elle arpente. « Mon travail oscille entre écriture documentaire et approche poétique, et s’articule autour des notions de ruine, de métamorphose et de résistance », confie la photographe. En 2016, elle est l’une des lauréates du concours des photographes émergents lancé par le Festival La Gacilly, en partenariat avec Fisheye. Sa série Battre la campagne, un chapitre du projet Murs de l’Atlantique, séduit le jury. Depuis 2013, elle propose un dialogue visuel entre les constructions bétonnées (blockhaus, bunkers) héritées de la Seconde Guerre et les free parties, des fêtes clandestines et illégales organisées par des amateurs de musiques électroniques. En documentant ces deux phénomènes, elle questionne le rapport de l’homme à son environnement. Elle a ainsi exposé ses images durant le festival breton, au sein du Magasin de Jouets pendant les Rencontres d’Arles, et à la Fisheye Gallery à l’automne 2016. En 2017, ce projet a voyagé en Belgique, lors du festival Brassage Photographique. Un projet tentaculaire réalisé sur le territoire breton, encore en cours. La série sera projetée dans le cadre de l’exposition Électro qui se tiendra du 9 avril au 11 août prochain à la Philharmonie de Paris, à la Cité de la Musique, sous le commissariat de Jean-Yves Leloup.

Étudier les villes

Référencée comme une photographe de terrain, elle ne cesse de construire des liens entre évolution et territoire. Elle est invitée à la galerie Le Carré d’Art, à Chartres-de-Bretagne, pour une résidence de création d’un an en février 2017. En résulte une promenade photographique entre Chartres-de-Bretagne et les quatre villes avec lesquelles celle-ci est jumelée. La photographie est un prétexte pour étudier les cités et leurs ressemblances. Exposition, puis ouvrage, Twins, paru aux éditions Poursuite en mars 2018, a été retenu par la plateforme londonienne Unveil’d pour son Photobook Award 2018.

Actuellement en résidence à La Métive, lieu de création artistique pluridisciplinaire situé à Moutier-d’Ahun, en Creuse, Julie Hascoët poursuit ses pérégrinations sur le paysage. Elle mêle là encore images et cartographie.

Fascinée par les fanzines, elle continue de travailler sur le projet de fanzine, Zines of the Zone, une collection nomade dédiée à l’auto-édition photographique qu’elle a cofondée. Elle anime également des ateliers sur le sujet.

Fisheye Magazine | Battre la campagne

Fisheye Magazine | Battre la campagne

Fisheye Magazine | Battre la campagne
Extrait de “Battre la campagne”, Les Murs de l’Atlantique, © Julie Hascoët
Fisheye Magazine | Battre la campagne
Extrait de “Battre la campagne”, Les Murs de l’Atlantique, © Julie Hascoët

© Julie HascoëtFisheye Magazine | Fisheye x La Gacilly : appel à candidatures

© Julie Hascoët

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti