Keiko Nomura : la lumière pour l’harmonie

19 janvier 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Keiko Nomura : la lumière pour l’harmonie

Après quelques mois de résidence à Wroclaw en Pologne, l’artiste japonaise Keiko Nomura a composé Melody of Light, un ouvrage rendant à la fois hommage à la ville polonaise ainsi qu’à Tokyo. Ici, la lumière tient lieu de guide dans ces traversées urbaines et humaines. À la tombée du jour ou au petit matin, elle est toujours là pour nous tendre la main.

Originaire de Hyogo au Japon, diplômée d’art du Visual Arts College d’Osaka et ayant étudié la photographie à Los Angeles et à Santa Fe, Keiko Nomura a toujours eu le goût du voyage et l’envie de capter l’essence d’un lieu. Son dernier ouvrage, Melody of Light, publié par les galeries d’art contemporain BWA Wrocław, est le résultat de l’un de ses périples. À la suite d’une résidence de six semaines dans la ville de Wroclaw en Pologne, elle a composé ce livre rendant un hommage symbolique à la ville polonaise, mais également à la capitale nippone. « La ville de Tokyo, où j’ai vécu pendant de nombreuses années, est aussi une métropole, mais c’est un ensemble de petites villes. Elle est traversée par des rivières, de nombreux parcs, et les saisons sont clairement définies par les couleurs. J’ai senti que c’était ce que les deux villes avaient en commun », explique la photographe dans un entretien accordé à BWA. Bien que distincts, ces espaces urbains sont finalement réunis autour d’un lien universel et éternel : la lumière.

« La lumière qui, si on la recueille dans sa main, disparaît.

L’eau rouge palpitante s’écoule,

un jour elle atteindra la mer, puis les cieux.

C’est un spectacle éternel d’une fraction de seconde. »

Un jour sans fin(s)

Réveil au soleil, farandole de visages et de paysages qui s’accordent et se désaccordent au fil des pages… Dans l’ouvrage de Keiko Nomura, l’existence file comme une symphonie d’amour pour s’envoler aussitôt dans l’atmosphère. Parsemé d’extraits de poésie écrits par la photographe elle-même, l’ouvrage navigue de l’intime au collectif pour symboliser l’échange. Mélangés pour créer le doute, les clichés de Wroclaw et ceux de Tokyo s’unissent pour former une métropole réinventée. L’humeur des villes se lit alors dans le calme de ses instants abrités ou dans l’ombre chinoise de branches flottantes dans le vent. Du lever du jour à la paresse de fin de journée, en passant par des moments d’allégresse enfantine, le temps passe et ne s’arrête pas de tourner. Croisant quelques fois des silhouettes humaines enfermées dans une existence passagère, il nous semble que tout se meut dans une valse infinie de la vie. Un spectacle d’un jour sans fin qui se feuillette volontiers lové·es au chaud.

 

Melody of Light, ¥5,000 (environ 35 €), 76 p. 

© Keiko Nomura

© Keiko Nomura© Keiko Nomura
© Keiko Nomura© Keiko Nomura
© Keiko Nomura© Keiko Nomura

© Keiko Nomura

© Keiko Nomura

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina