La Corée du Sud, « l’Hollywood d’Asie »

01 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La Corée du Sud, « l’Hollywood d’Asie »

Eui-Jip Hwang est un photographe-graphiste visuel travaillant à New York. Sa série Live Your Dream critique l’empire chirurgical coréen et son emprise sur le pays, dans une esthétique aseptisée où le rêve se mélange à l’artificiel.

Fisheye : Pourquoi as-tu voulu devenir photographe ?

Eui-Jip Hwang : J’ai toujours été fasciné par ce médium, et sa capacité à manipuler la vérité. Quand on interprète une photo – qu’elle soit fabriquée de toutes pièces ou non – on la voit immédiatement comme un reflet de la réalité. On la compare avec notre vision du monde.

Comment définirais-tu ton approche photographique ?

Je me définis comme un créateur d’images, et mon approche est influencée par celles utilisées dans les médias, que je déconstruis ensuite. Me renseigner sur les photos que je récolte dans des publicités, voilà ce qui m’intéresse. Cette collection de visuels me sert de points de départ pour susciter un débat et partager des informations.

Comment utilises-tu ces informations ensuite ?

J’analyse une multitude d’esthétiques différentes, de sensations provoquées par la publicité, et j’essaie de prendre en compte son but – générer du désir, du besoin. J’ai réalisé que notre réaction vis-à-vis d’elle change si on en fait une œuvre d’art. Grâce à cette transformation, un dialogue se crée entre nous et l’image, et nous ne subissons plus la publicité de masse.

© Eui-Jip Hwang

De quoi parle Live Your Dream ?

J’y explore le paysage changeant de la Corée du Sud d’aujourd’hui. La fascination grandissante pour les cosmétiques et la chirurgie plastique a changé l’idée de modernité chez les Coréens. Le projet parle de l’influence écrasante du monde occidental et de sa culture sur ce pays. La Corée du Sud est maintenant dominée par des médias qui vantent la supériorité de la beauté « euro centrale ». Ils prônent des particularités physiques incompatibles avec la nature coréenne (les yeux bleus, par exemple).

Qu’est-ce qui t’a poussé à travailler sur ce sujet ?

Le changement radical qui a eu lieu au sein de cette culture m’a alarmé et m’a poussé à me renseigner sur le sujet. J’ai aussi remarqué que le reste du monde ne voyait plus la Corée du Sud de la même façon qu’avant. Ce n’est pas un hasard si la musique pop coréenne est aussi populaire dans le monde occidental. De la même manière qu’Hollywood, la Corée du Sud se nourrit de la superficialité, et utilise l’apparence pour obtenir plus de pouvoir, ou un rang social plus élevé. Le pays a d’ailleurs inventé un terme décrivant la suprématie du physique : le lookisme.

Que souhaitais-tu mettre en avant dans cette série ?

Ce projet parle d’un sujet très important au XXIe siècle : la liberté d’être ce que l’on veut. Les avancées technologiques permettent aujourd’hui aux gens de développer leur propre identité, poussant la Corée du Sud à cette surenchère. La chirurgie plastique est désormais la fierté du pays. Elle définit l’identité coréenne, et ce constat m’inquiète, car il annonce un futur assez sombre.

Habiter à New York tout en étant coréen, cela t’a-t-il aidé ?

Oui, bénéficier de cette double culture m’a permis de comprendre deux perspectives très différentes, et de mieux mener ce projet. Cela m’a aussi permis de mettre en avant l’influence de la culture occidentale en orient.

© Eui-Jip Hwang

© Eui-Jip Hwang© Eui-Jip Hwang

© Eui-Jip Hwang

© Eui-Jip Hwang© Eui-Jip Hwang
© Eui-Jip Hwang© Eui-Jip Hwang

© Eui-Jip Hwang

Explorez
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
À l'instant   •  
Écrit par Hugo Mangin
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
© Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas