La fondation Henri Cartier-Bresson expose Sergio Larrain

24 septembre 2013   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La fondation Henri Cartier-Bresson expose Sergio Larrain

Île de Chiloé, Chili. 1957. © Sergio Larrain / Magnum Photos

Décédé l’année dernière, le Chilien Sergio Larrain est honoré par les grandes institutions de la photographie. Les Rencontres d’Arles lui ont rendu hommage cet été à travers une belle rétrospective, dont nous avions déjà parlé. Depuis la rentrée, et jusqu’au 22 décembre, la fondation Henri Cartier-Bresson organise Vagabondages, une exposition qui retrace le parcours singulier d’un photographe poète à travers 128 images en noir et blanc, dont un ensemble de tirages d’époque de la collection Magnum Photos et quelques inédits.

Né au début des années 30 dans une famille bourgeoise au Chili, Larrain va baigner dans l’art et les livres dès sa plus tendre enfance. Mais ce qui va marquer sa vie et son travail, ce sont ses voyages : le photographe va parcourir les États-Unis (où il va faire ses études pour mieux fuir un environnement dans lequel il se sent à l’étroit), l’Europe, le Moyen-Orient (une période qui va le mener à la méditation), avant Londres, la rencontre avec Henri Cartier-Bresson en 1959 qui lui propose d’intégrer l’agence Magnum, et l’installation à Paris. Dans les années 60, incapable d’accepter la pression qu’implique le photojournalisme d’agence, il opère une retour au pays natal où il mènera une vie discrète rythmée par le yoga, la peinture, les collaborations et projets artistiques multiples. Une existence ascétique qui finira de construire le mythe d’un “vagabond céleste” avant l’heure.

Les mots de Gonzalo Leiva Quijada dans son essai consacré au maître chilien résument parfaitement cette exposition et le travail de cet artiste hors norme : “À travers son objectif, son regard de compassion saisit ces exclus qui deviennent des personnes. Sergio Larrain ne fait qu’un avec eux. Il est leur ami, leur alter ego, lui aussi vagabond, découvrant l’invisibilité.” G.L.

Sergio Larrain, Vagabondages,  du 11 septembre au 22 décembre 2013 à la Fondation HCB, 2, impasse Lebouis, 75014 Paris. www.henricartierbresson.org

Bar, Valparaiso. Chili, 1963. © Sergio Larrain / Magnum Photos
Bar, Valparaiso. Chili, 1963. © Sergio Larrain / Magnum Photos
Explorez
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
C’est en pleine nuit que Nicolas Hermann trouve l’inspiration. Dans la pénombre, le photographe français compose des récits mystiques...
10 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d'appartenir
© Francisco Gonzalez Camacho
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d’appartenir
« J’aime voir le monde d'un point de vue photographique. En ce sens, je m'identifie beaucoup à Garry Winogrand (photographe américain...
10 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kyotographie 2024 : danser avec la photographie
© Yoriyas
Kyotographie 2024 : danser avec la photographie
Breakdancer, photographe, vidéaste et chorégraphe, le Marocain Yoriyas (Yassine Alaoui Issmaili) nous propose avec Casablanca. Not The...
07 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
23 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet