La photographie contemporaine au Centre de Mougins

29 juillet 2021   •  
Écrit par Eric Karsenty
La photographie contemporaine au Centre de Mougins

C’est à Mougins, petite commune des Alpes-Maritimes, entre Cannes et Grasse, que s’est ouvert, début juillet, un nouvel espace de 330 mètres carrés consacré au 8e art. Découverte. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

Pablo Picasso, Francis Picabia, Paul Éluard, Jean Cocteau, Man Ray, Fernand Léger… nombreux sont les artistes du siècle dernier à avoir fréquenté Mougins, petit village de 20 000 habitants de l’arrière-pays niçois apprécié pour le charme de son climat autant que pour la richesse de son architecture provençale. Aujourd’hui, un ancien presbytère totalement réaménagé vient servir d’écrin au Centre de la photographie de Mougins qui a ouvert ses portes le 3 juillet. Seule l’enveloppe extérieure de la bâtisse a été conservée pour accueillir « une boîte dans la boîte » permettant de dégager deux plateaux de 100 m2 destinés à produire trois expositions par an. « Soutenir la création et les expérimentations des artistes » fait ainsi partie des missions de ce nouveau lieu qui ouvre avec Isabel Muńoz, dans le cadre du Grand Arles Express (jusqu’au 3 octobre). Cette première exposition, intitulée 1001 en référence au cycle de la vie, présente les œuvres récentes de l’artiste espagnole qui s’est rendue au Japon à sept reprises pour tenter d’en saisir les éléments premiers, ce qui est immémorial, ce qui restera toujours. Grands formats, tirages platine et vidéos de danseurs de butō invitent à un voyage exempt de tout exotisme. « Le langage du corps, le fonds de l’œuvre de la photographe, apparaît comme le lieu de la révélation, jouissant de facilité que la langue n’autorise pas », analyse François Cheval, directeur artistique, qui pilote le Centre en binôme avec Yasmine Chemali, historienne de l’art.

Dédié à l’image fixe et en mouvement, le Centre ne se contentera pas de réaliser des expositions en respectant les critères de parité. Il sera aussi le lieu d’accueil de résidence d’artiste, une fois par an, qu’ils ou qu’elles soient françaises ou étrangères, émergentes ou confirmées. La structure souhaite mettre l’accent sur l’éducation par l’image avec un centre de documentation et des ateliers pédagogiques. Le Centre se dote également d’une revue trimestrielle, Les Cahiers, dont le premier volume consacré à l’artiste espagnole fait appel à des spécialistes du Japon afin de donner des éléments anthropologiques sur la culture de l’Archipel : tradition du tatouage des yakusas, chamanisme… « Il s’agit d’aller au-delà d’un propos sur l’esthétique et de présenter la photo comme objet de communication », précise François Cheval. La photographie féminine restera au premier plan cet automne avec la programmation de l’Anglaise Natasha Caruana et de la Suédoise Jenny Rova. Et pour 2022, la photographie asiatique sera à l’honneur en confrontant l’œuvre du Chinois Li Lang aux productions de la Japonaise Yuki Onodera.

 

Centre photographique de Mougins

1001 d’Isabel Muñoz

Jusqu’au 3 octobre 2021

© Isabel Muñoz© Isabel Muñoz

© Isabel Muñoz

© Isabel Muñoz

Image d’ouverture : © Isabel Muñoz

Explorez
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
C’est en pleine nuit que Nicolas Hermann trouve l’inspiration. Dans la pénombre, le photographe français compose des récits mystiques...
10 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d'appartenir
© Francisco Gonzalez Camacho
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d’appartenir
« J’aime voir le monde d'un point de vue photographique. En ce sens, je m'identifie beaucoup à Garry Winogrand (photographe américain...
10 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kyotographie 2024 : danser avec la photographie
© Yoriyas
Kyotographie 2024 : danser avec la photographie
Breakdancer, photographe, vidéaste et chorégraphe, le Marocain Yoriyas (Yassine Alaoui Issmaili) nous propose avec Casablanca. Not The...
07 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
23 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet