La poésie d’Helias Doulis

14 avril 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La poésie d'Helias Doulis
Helias Doulis est un artiste qui ne se définit pas comme un photographe mais comme un poète. Il écrit et son appareil lui permet d’illustrer l’univers qu’il imagine. C’est ainsi qu’il a créé le concept de “Parabyss”, l’univers au cœur d’une série réalisée l’été dernier. Entretien.

Helias est un jeune photographe de 23 ans. Il vit à Londres depuis quatre ans mais est originaire de Grèce. Son pays natal est une source d’inspiration importante. C’est là-bas qu’il a réalisé sa série “Parabyss : A Nurtured Natured”, dans une crique située près d’Athènes. Son travail explore la relation entre l’homme et la nature. Surtout, il est empreint d’échos à une littérature antique, faite de poésies et de mythes où les héros sont confrontés aux forces sauvages de leur environnement.

Fisheye : Pourquoi es-tu devenu photographe ?

Helias Doulis : Je ne me considère pas vraiment comme un photographe. Tout ce que j’ai toujours voulu, c’est de rendre visible ma poésie. Par conséquent, je m’applique à étendre ma vision à travers l’objectif lorsque j’ai le sentiment que les mots ont besoin d’être exprimés sous d’autres formes. Si je venais à m’identifier comme photographe, cela voudrait dire que j’en serais venu à considérer ma poésie comme quelque chose d’acquis. Et ce serait probablement la fin de tout.

Donc tu écris de la poésie, que tu illustres avec la photographie : quelles sont les inspirations qui te nourrissent dans ces deux domaines ?

J’ai tendance à être inspiré par ce que j’ai perdu ou par ce qui pourrait m’être retiré à tout moment. Mais si je devais absolument nommer ce dans quoi je puise, ce serait sans doute ce qu’il y a de plus triste : la nostalgie.

Extrait de "Parabyss : A Nurtured Nature", © Elias Doulis
Extrait de “Parabyss : A Nurtured Nature”, © Elias Doulis

Pourquoi avoir choisi Tumblr comme plateforme pour montrer tes images ?

Ça fait quelque mois maintenant que j’utilise Tumblr pour partager mon travail. L’une des principales raisons qui m’ont poussé à ouvrir un compte, c’est la censure continue qui est appliquée sur Instagram. Toutefois, mon site web sera lancé très bientôt.

La nudité, le corps et la nature sont des sujets largement explorés dans ton travail. Pour toi, qu’est-ce qu’ils signifient ?

Nous avons évolués avec ce principe qu’il faut dissimuler nos corps et nos besoins, selon ce que la société dépeint comme respectueux. Nous sommes très loin de ce qui nous a été donné naturellement. Or je pense qu’il y faut retourner vers ce à quoi nous appartenons, la Nature.

C’est donc là le propos de ta série Parabyss : A Nurtured Natured : la relation entre l’Homme et la Nature ?

Ce que j’appelle “parabyss” désigne un entre-deux. C’est un paysage où se trouve ta zone de confort, et où ta faim peut être apprivoisée. Le besoin constant de l’être humain, basé sur ses instincts, y est conduit par l’acceptation de ses désirs, qu’il en souffre ou qu’il en soit pleinement heureux.

© Elias Doulis
Extrait de “Parabyss : A Nurtured Nature” / © Elias Doulis

Qui sont les modèles que tu photographies pour habiter cet univers ?

J’ai commencé par photographier ma muse, Ilias Sapountzakis, qui est la figure principale des mes deux séries, Parabyss : A Nurtured Natured et Blossom of Solitude. Il est aussi le protagoniste d’un film que je m’apprête à sortir. Toutefois, à chaque shooting, j’étends mon cercle de connaissances afin de pouvoir rencontrer et photographier des gens différents.

Enfin, tu pourrais décrire ton travail en trois mots ?

Amour d’abysse.

elias-doulis-fisheyelemag-IMG_1elias-doulis-fisheyelemag-IMG_2elias-doulis-fisheyelemag-IMG_3elias-doulis-fisheyelemag-IMG_4elias-doulis-fisheyelemag-IMG_5elias-doulis-fisheyelemag-IMG_7elias-doulis-fisheyelemag-IMG_10elias-doulis-fisheyelemag-IMG_12elias-doulis-fisheyelemag-IMG_13elias-doulis-fisheyelemag-IMG_14

En (sa)voir plus

→ L’ensemble du travail d’Helias est à découvrir ici : heliasdoulis.tumblr.com

→ Suivez-le sur Instagram : @heliasdoulis

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine