La quête identitaire de Jenni Toivonen au Brésil

14 avril 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La quête identitaire de Jenni Toivonen au Brésil

Dans Are we there, Jenni Toivonen enquête sur ses ancêtres – d’ancien·nes membres d’une communauté utopique créée en 1929 par un groupe de Finlandais·es dans l’unique objectif de vivre en communion avec la nature brésilienne. Tout commence en 2017 lorsque la photographe se plonge dans le vieil album photo et le journal intime de sa grand-tante Kirsti, qui a vécu pendant plus de 40 ans au Brésil. « Lors de ses visites en Finlande, je me souviens qu’elle jouait de la guitare et chantait des chansons brésiliennes. À son décès, j’ai trouvé une résonance dans sa vie et dans la mienne. Elle était une personne aventureuse, pleine de vie et qui suivait son propre chemin », se remémore avec nostalgie l’artiste visuelle, installée entre Helsinki et Lisbonne. Après avoir étudié et travaillé en Argentine et au Chili, le Brésil se présente comme une étape nécessaire dans la vie de la photographe. Elle part avec une mission précise : découvrir l’histoire de sa famille. Sur place, Jenni Toivonen entame une introspection méditative. Des falaises naturelles à une papaye sur un coussin bleu, l’artiste lie chaque élément de son voyage à un reflet du passé familial de manière instinctive. Elle explique ainsi que l’une des principales raisons de la création de cette colonie au Brésil repose sur l’idée que les fruits tropicaux étaient un luxe rare à l’époque en Finlande et que les migrant·es aspiraient à un mode de vie plus sain et naturel. Elle conclut : « Le désir humain de réaffirmer le lien avec le monde non humain traverse les générations, depuis les cultures primitives jusqu’à l’époque moderne. À notre époque où nous sommes témoins de nombreuses menaces environnementales, il est essentiel de comprendre que les formes de vie ne constituent pas une pyramide hiérarchique, mais plutôt un cercle où tout est connecté à tout le reste. » Entre récit de voyage et épopée familiale, Are we there se dévoile au festival Circulation(s) jusqu’au 21 mai 2023.

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen© Jenni Toivonen
© Jenni Toivonen
© Jenni Toivonen
© Jenni Toivonen© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

© Jenni Toivonen

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina