La solidarité monte au front

04 août 2022   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La solidarité monte au front

Dans un élan sans précédent, le réseau Diagonal a décidé de relayer le festival photographique ukrainien Odesa Photo Days, dont la 8e édition a été annulée par la guerre. Au-delà de la manifestation elle-même, ce sont la photographie et les auteurs ukrainiens que la structure a choisi de soutenir à travers 13 événements dans toute la France. Cet article de Carole Coen est à retrouver dans notre dernier numéro.

Tout a été vite, très vite : « On s’est réunis et, sans attendre de soutien, on a décidé d’y aller. On s’est dit : “Les moyens, on les trouvera. On n’attend pas pour faire, parce qu’on est dans une forme d’urgence” », relate Erika Negrel, secrétaire générale du réseau Diagonal. Le 1er mars, soit quelques jours seulement après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la structure lançait son initiative de soutien au festival ukrainien Odesa Photo Days, dont la 8e édition devait s’ouvrir le 19 mai. De Strasbourg à Carcassonne, en passant par Nantes, Beauvais, Houlgate ou Nîmes, ce sont 13 expositions – dont un bon nombre dans l’espace public – accompagnées d’événements (projections, rencontres) représentant 30 photographes ukrainiens qui se déploieront jusqu’à fin 2023 en collaboration avec la fondatrice et directrice du festival d’Odessa, Kateryna Radchenko. Un « tour de force », reconnaît Éric Sinatora, coprésident de Diagonal : « En un mois et demi, on a mis sur pied une programmation qui, d’habitude, nous prend deux ans. » 

Car l’idée d’abord évoquée par le réseau de reprendre telle quelle l’édition d’Odesa Photo Days a rapidement été écartée, le festival ukrainien, annuel et thématique, s’étant placé cette année sous le signe des femmes photographes. « Nous avons décidé de faire un pas de côté », raconte Céline Duval, directrice du pôle photographique Stimultania. « Avec Kateryna Radchenko, nous avons regardé tout ce que le festival avait présenté depuis trois ans. Pour Stimultania, j’ai sélectionné ce qui, à mes yeux, était représentatif du foisonnement de la scène photographique ukrainienne, que je ne connaissais pas du tout. » Le résultat en est l’exposition Parle-leur de batailles, de météores et de caviar d’aubergines, présentée à Strasbourg jusqu’au 17 septembre. Sept photographes ukrainiens y présentent leurs séries, toutes réalisées avant l’invasion – un parti pris éclectique pour, en s’éloignant des images d’actualité, raconter l’Ukraine et réfléchir sur la situation. 

© Yulia Chervinska

© Yulia Chervinska

Foisonnement de la scène photographique 

Ce choix de ne pas montrer d’images de guerre reflète la vocation du réseau Diagonal. « Dans cette initiative, nous restons attachés à la ligne de force artistique du réseau, à savoir la création contemporaine, explique Erika Negrel, et nous avons travaillé sur une représentation des écritures photographiques ukrainiennes. » À l’autre bout de l’Europe, d’une voix où affleure la tension, Kateryna Radchenko abonde dans ce sens. Dans un pays où n’existe ni école ni formation de photographie, elle a créé Odesa Photo Days en 2015, à la suite de la guerre du Donbass de 2014, pour deux raisons principales : réagir à l’utilisation des images comme propagande par la Russie, et mettre au jour l’identité photographique ukrainienne. « Dans les années 1970, 1980, 1990, on parlait de photographie soviétique, rappelle-t-elle, puis, après la chute du régime, de photographie russe, ce qui est faux. Donc la question était de définir vraiment ce qu’est la photographie ukrainienne, et d’expliquer pourquoi elle n’a pas été visible jusqu’à présent. » Photographe, curatrice, mais également chercheuse, Kateryna Radchenko a aussi fortement appuyé sa manifestation sur l’éducation à l’image, rejoignant là aussi le réseau Diagonal, dont c’est l’un des piliers. « Dans le cadre de l’initiative “Stand with Ukraine”, nous accompagnons les expositions d’une sensibilisation de nos publics à la situation, annonce Éric Sinatora, qui est aussi directeur de l’association GRAPh-CMI, basée à Carcassonne. Dans l’Aude par exemple, chacune des quatre expositions donnera lieu à une soirée dédiée, tant pour présenter les artistes ukrainiens que pour faire un état des lieux de la création en Ukraine, si possible en liaison avec Kateryna. » Pour pallier l’incertitude de sa participation en direct, le réseau a réalisé une vidéo où elle présente le festival et s’exprime sur la situation. 

© Elena Subach© Elena Subach

© Elena Subach

Kateryna Radchenko a été et reste une partenaire de l’initiative, née d’un élan mutuel dont la rencontre a été facilitée par la commissaire d’exposition indépendante Yuliya Ruzhechka. « Yuliya nous avait déjà alertés sur la Biélorussie, ce qui nous avait amenés à organiser une table ronde à Arles l’année dernière, raconte Éric Sinatora. Nous nous sommes ainsi très vite préoccupés de la situation des photographes ukrainiens. » De son côté, c’est par un post sur Facebook que Kateryna Radchenko a appelé à relayer le festival, ce qui a suscité des réponses de diverses institutions et structures internationales. « Côté programmation, il y a plusieurs cas de figure, explique Erika Negrel. La plupart ont résulté d’allers-retours constants entre Kateryna et les directeurs et directrices artistiques en fonction des thématiques souhaitées par les différents lieux. Mais Negpos, à Nîmes – qui, ne faisant pas partie du réseau, s’est associé à l’initiative –, accueille dès juillet une exposition dont le commissariat est assuré par Kateryna : Body as Propaganda. Et, de par ce qu’elle vit au jour le jour, Kateryna nous a proposé une exposition collective que l’on réalise de bout en bout, Paysage présage, qui sera présentée à la rentrée à La Chambre, à Strasbourg, et dont des extraits ont été montrés en avant-première au Parlement de la photographie, début juin à Paris. » 

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #54, disponible ici.

© Mila Teshaieva

© Mila Teshaieva

© Andriy Lomakin

© Andriy Lomakin

© Vitaliy Galanzha© Olia Koval

© à g. Vitaliy Galanzha, à d. Olia Koval

© Daria Svertilova

© Daria Svertilova

© Xenia Petrovska

© Xenia Petrovska

Image d’ouverture : © Xenia Petrovska

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet