L’art de la cover

28 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L'art de la cover

Hollie Fernando, installée au Royaume-Uni, photographie régulièrement des musiciens. Des créations poétiques, révélant avec finesse l’identité de chaque artiste.

C’est à l’âge de 15 ans que la photographe britannique Hollie Fernando, née en 1991, a découvert le 8e art. « J’avais trouvé un vieux boîtier de mon père et passé l’été à apprendre à m’en servir », se souvient-elle. L’année suivante, l’artiste étudiait le média dans une école professionnelle et décidait qu’elle voulait vivre de ses images. Aujourd’hui, la photographe réalise des commandes pour des magazines et des musiciens, tout en développant des projets plus personnels. « Je travaille sur tout ce qui est lié de près ou de loin à l’humain », précise-t-elle.

C’est dans son école qu’elle capture des musiciens pour la première fois. « J’ai commencé à composer mon portfolio en offrant des shootings gratuits à mes amis musiciens », confie-t-elle. Un aspect singulier de son travail, plus décontracté que ses commandes, et plus structuré que ses travaux intimes. « Mais je construis toujours mes images de manière à ce qu’elles deviennent des détails d’une histoire. Je prépare toujours la conception des mises en scène en amont, afin de pouvoir travailler ma connexion au modèle lorsque je suis face à lui », explique-t-elle.

Une partition visuelle

Mais comment cerner son sujet ? Peut-on condenser l’œuvre musicale d’un artiste en une seule photographie ? Pour Hollie Fernando, réaliser des pochettes de disques demande une certaine créativité. « L’image doit illustrer la musique que composent les artistes. J’adore leur demander des anecdotes, connaître d’infimes détails sur les étapes de la production afin de les transformer en fragments visuels », confie la photographe. Inspirée par la peinture, elle aime transformer ces informations en allégories ; comme une partition visuelle fusionnant avec les instruments. La pochette du groupe alternatif Our Girl venu de Brighton, par exemple, met en scène les artistes dans une atmosphère éthérée. « Une mise en scène qui alimente le mystère », commente la photographe. Atmosphériques et nostalgiques, les morceaux du groupe subliment le cliché, nous transportant dans un univers intemporel, influencé par le shoegaze – un mouvement de rock indépendant datant des années 1980-1990.

Énigmatiques et colorées, les créations d’Hollie Fernando rendent hommage aux artistes qui passent devant son objectif. Qu’elle réalise des pochettes ou simplement des portraits de musiciens, elle parvient à révéler l’identité des compositeurs, métamorphosant chaque pose en une mise en scène travaillée, fourmillant de clins d’œil créatifs. Une collection de belles collaborations.

© Hollie Fernando© Hollie Fernando

à g. Our Girl, à d. Circa Waves

© Hollie Fernando© Hollie Fernando

à g. Wolf Alice, à d. Lemon Twigs

© Hollie Fernando

Barns Courtney

© Hollie Fernando© Hollie Fernando

à g. Laura Marling, à d. Champs

© Hollie Fernando

Circa Waves

© Hollie Fernando

Explorez
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Le musée du quai Branly - Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Familia 1 © Felipe Romero Beltrán
Le musée du quai Branly – Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Julie Gough, Priyadarshini Ravichandran et Felipe Romero Beltrán sont les lauréat·es du Prix pour la photographie du musée du quai Branly...
20 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin