Le coup de cœur de Matthieu David : Robin Lopvet !

12 août 2021   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le coup de cœur de Matthieu David : Robin Lopvet !

Nouvelle formule, nouvelles habitudes. Les membres de l’équipe de Fisheye vous font part de leur plus belle découverte. Dans le dernier numéro, notre ex-directeur artistique Matthieu David nous a présenté le virtuose Robin Lopvet !

Robin débute sa propre biographie en empruntant à Lavoisier la célèbre maxime : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! » En parcourant son travail, la règle semble s’appliquer aussi bien aux atomes qu’aux pixels. Si le Vosgien a reçu une éducation classique à l’ENSP d’Arles, il se consacre après ses études à une démarche artistique qu’il qualifie de « bricolage ». Pour lui, le collage est la seule forme de création. Le photographe sculpte la masse informe du réel, et Robin sculpte la matière encore plus monstrueuse issue de la toile. Là, l’objet visuel ne semble avoir plus aucune importance, si ce n’est celle de l’utilité de son réemploi. Sous le règne du mème, les images se mangent entre elles, s’autoréférencent, s’hybrident et mutent.

Pour le curateur comme pour l’usager lambda, il devient alors difficile de déterminer si ce qu’on voit sur les réseaux est le fruit du hasard heureux d’un bidouilleur, d’un influenceur inspiré. Peut-être cachent-elles la démarche sincère d’un artiste qui trace sa route ? Les réseaux sociaux, Instagram en tête, ont cet effet pervers de tout mettre au même plan, de tout sortir de son contexte. Il devient tout simplement impossible de déterminer ce qui tient de l’art. Et ça, Robin le sait, et joue de cette dialectique à la perfection. Lui, cet artisan qui parle le langage du montage à la truelle, rafistole les matériaux de seconde main avec cynisme et humour, et embrasse l’esthétique du mème à bras-le-corps. Mais veut-il seulement qu’on le considère comme un artiste ? Il se fond dans la masse pour toucher son auditoire au cœur, car il sait très bien ce qu’il veut nous raconter et qui il est. Il n’a juste pas besoin de nous le prouver. La constance de sa démarche s’en occupe pour lui.

Cette image (voir ci-dessous) aurait pu être avalée dans le grand tout… Et pourtant elle me tape dans l’œil au premier regard, elle me fait rire. Elle ne cherche pas à défendre le statut de son auteur. Je pourrais vous parler d’un regard réflexif sur une histoire française du nucléaire, je pourrais argumenter un engagement écologique ou gloser sur une vision critique de l’anthropocène. Mais la simple analogie des bouclettes d’un bichon frisé et des volutes d’un champignon nucléaire suffit à me faire sourire. Ce que cette image m’inspire, c’est la jubilation de son créateur.

Robin est un artiste, un vrai, qui a compris que si tout le monde pouvait tout créer, alors lui aussi n’avait qu’à s’y mettre. Avec rigueur. Car finalement, l’important n’est pas de faire n’importe quoi, mais de le faire bien !

© Robin Lopvet

© Robin Lopvet© Robin Lopvet

© Robin Lopvet

© Robin Lopvet

Explorez
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas