Le goût des auteurs : Jean-Vincent Simonet

25 juillet 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Le goût des auteurs : Jean-Vincent Simonet

Dans sa série In Bloom, Jean-Vincent Simonet affirme son statut d’auteur. Pour l’autonomie de l’image, il assume et sublime les écarts de perception. Il libère ainsi les formes et laisse fleurir les couleurs.

« Je pense que la photographie devient de plus en plus banale, plus aucune connaissance technique n’est nécessaire pour la pratiquer, il suffit d’un smartphone pour faire de bonnes images. On peut en produire des quantités phénoménales dans un laps de temps dérisoire. Ce qui m’intéresse ? La contaminer, la détourner et la libérer », explique Jean-Vincent Simonet, photographe digital et artiste plasticien. Pour son dernier projet, In Bloom, il s’est éloigné des manipulations numériques pour se concentrer sur des procédés analogiques et plastiques. « In Bloom est né lors d’un premier voyage au Japon en tant que touriste. J’étais fasciné par l’immensité et la complexité du décor. Je travaille à l’instinct, et je suis revenu du Japon avec plus de 4 000 images, capturées le jour comme la nuit, des portraits, ou encore des natures mortes… » Après un tri fastidieux, l’auteur a regroupé une partie de sa production en un livre (In Bloom, paru chez SPBH Éditions en 2018).

© Jean-Vincent Simonet© Jean-Vincent Simonet

un monstre surdimensionné

En parallèle, et après plusieurs mois d’expérimentations, il a conçu des pièces uniques en grand format. « J’ai réussi à contrôler l’impression jet d’encre sur plastique. En imprimant sur une feuille qui n’absorbait pas totalement l’encre, j’ai pu intervenir sur la surface humide avant de la faire sécher, ce qui a influencé la colorimétrie et le piqué de l’image. Cela a, entre autres, généré des coulures et des erreurs », précise Jean-Vincent Simonet. Un positionnement technique qui traduit le sentiment organique et vivant de Tokyo et Osaka. « Sur place, on a l’impression d’être absorbé par une entité vivante, un monstre surdimensionné s’étendant sur des kilomètres », confie l’artiste. Un journal personnel que l’on ne se lasse pas de visionner.

L’intégralité de ce dossier est à retrouver dans le magazine Fisheye #37

© Jean-Vincent Simonet© Jean-Vincent Simonet
© Jean-Vincent Simonet© Jean-Vincent Simonet

© Jean-Vincent Simonet

© Jean-Vincent Simonet

Explorez
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill