L’éloquence du bâti

10 mars 2018   •  
Écrit par Fisheye Magazine
L'éloquence du bâti

Lors de la foire d’art contemporain africain 1:54 à Marrakech, la galerie ivoirienne Cécile Fakhoury présentait le travail de François-Xavier Gbré. Né à Lille en 1978, le photographe franco-ivoirien a fait ses études à l’Ecole Supérieure des Métiers Artistiques à Montpellier. Il vit et travaille à Abidjan depuis 2013. Ses images évoquent la rencontre du temps et de l’espace et nous renvoient à notre histoire. Un portrait signé Camille Moulonguet.

François-Xavier Gbré débute sa carrière du côté de la photographie de mode et du design et garde de ces pratiques une sensibilité pour l’objet. Au Macaal (Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden) à travers Africa is no Island, François-Xavier Gbré montre quatre images saisies à Lille (Usine Unilever), en Israël (Elizabeth Hotel), à Dakar (Palais de Justice) et au Bénin (Imprimerie Nationale). Ses prises de vue immobiles et rigoureuses transforment le bâti en monument. Il comble ce qu’il appelle « son manque d’éducation par rapport à ce passé » en documentant de nouveaux endroits. Il complète ainsi la conscience historique des rapports entre le Nord et le Sud, entre le passé et le présent. Et ces bâtiments vides fonctionnent « comme des boîtes à secret ».

Le travail du photographe franco-ivoirien se construit sur des recherches au long cours, dialoguant entre elles, au fil des différentes séries. La série Tracks, par exemple, est composée de plusieurs chapitres réalisés sur une dizaine d’années de recherche. « Quand on travaille sur le bâti, on a besoin de temps. Je m’appuie sur des cartes, des archives, ça construit et ça détruit beaucoup », explique-t-il. La plupart de ses images sont prises en Afrique de l’Ouestoù l’architecture, longtemps sous influence exogène, présente une dimension narrative hors pair. Comment vivre avec un héritage colonial dont les fonctions n’existent plus ? Qu’est ce qu’on abandonne et qu’est ce qu’on construit ?

Actuellement, il poursuit un travail initié il y a quelques années dans le quartier de Gobélé, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Ce quartier, figurant sur une carte de 1971, est régulièrement détruit par le pouvoir en place, prétextant son illégalité, puis est reconstruit par ses habitants. En 2015, la galerie Cécile Fakhoury présentait une installation de l’artiste qui dépliait l’histoire de ce lieu. Là encore, François-Xavier Gbré s’interrogeait sur ce que l’homme construit et sur ce qu’il détruit, au regard des évènements historiques et politiques.

© François-Xavier Gbré

© François-Xavier Gbré

© François-Xavier Gbré

© François-Xavier Gbré

© François-Xavier Gbré

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet