Les coups de cœur #330

01 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #330

Nos coups de cœur #330, Léa Treuil et Matthieu Marre, racontent tous deux des histoires. La première relate un voyage en Irlande, et le second imagine des contes visuels, inspirés par le réel.

Léa Treuil

Léa Treuil, 23 ans, s’est tournée vers la photographie lorsqu’elle était enfant, en capturant les rues de Paris avec son père. Aujourd’hui diplômée de l’ESA le 75, école d’art en Belgique, l’autrice développe des projets photographiques autour de l’intime et de la mémoire. « Le 8e art me permet souvent d’extérioriser mon côté nostalgique et sensible. Je fige ce qui me fait vibrer, ce qui me rend vivante, ce qui me touche », précise-t-elle. Réalisée en 2016, Personne ne va rire relate un voyage en Irlande, entrepris avec une amie, Alice. « Nous avions toutes les deux à peine 19 ans, raconte-t-elle. C’était notre premier voyage, nos premières libertés – nos premières peurs, aussi. Quelques années avant ce périple, Alice est tombée gravement malade et nous nous sommes perdus de vue. La maladie m’effrayait. Ce voyage ? Ce sont nos retrouvailles. Depuis qu’elle est guérie, je sais encore mieux apprécier les belles choses, les moments importants. » Véritable carnet de route, la série, shootée en noir et blanc capture la campagne irlandaise avec une aura fantasmagorique. Une manière poétique d’exorciser les craintes, et de célébrer une amitié retrouvée.

© Léa Treuil

© Léa Treuil

© Léa Treuil© Léa Treuil

© Léa Treuil© Léa Treuil

© Léa Treuil

Matthieu Marre

« Chacun de nous ne parle qu’une seule phrase, que seule la mort peut interrompre »,

cette phrase déclarée par le philosophe Roland Barthes lors d’une interview ne cesse de fasciner Matthieu Marre, 40 ans. Depuis 20 ans, le photographe développe une esthétique qui lui est propre. « Je travaille en chambre noire pour le tirage des négatifs noir et blanc, exclusivement sur petits formats, et je fais également de la diapositive couleur et noir et blanc, que j’utilise dans des installations », explique-t-il. Influencé par la littérature, l’artiste imagine des contes visuels intimistes. « L’ogre et Mélusine met en scène deux figures, l’une qui m’effraie, l’autre qui m’inspire, confie l’auteur. Je ne crois pas à la partition des genres  littéraires – séparer ceux qui traitent du réel de ceux qui nous emmènent dans l’imaginaire. Le conte est pour moi éminemment réel. Au travers de figures fantastiques, il ose dire ce qui travaille l’être en profondeur, ce qu’il est réellement. Cette série est un va-et-vient entre des figures qui ne m’appartiennent pas, mais qui disent, avec justesse, un peu ce que je suis. » Une immersion dans un univers dangereux, sensuel et mystérieux.

© Matthieu Marre© Matthieu Marre

© Matthieu Marre© Matthieu Marre

© Matthieu Marre© Matthieu Marre

© Matthieu Marre

Image d’ouverture : © Matthieu Marre

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet