Les coups de cœur #330

01 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #330

Nos coups de cœur #330, Léa Treuil et Matthieu Marre, racontent tous deux des histoires. La première relate un voyage en Irlande, et le second imagine des contes visuels, inspirés par le réel.

Léa Treuil

Léa Treuil, 23 ans, s’est tournée vers la photographie lorsqu’elle était enfant, en capturant les rues de Paris avec son père. Aujourd’hui diplômée de l’ESA le 75, école d’art en Belgique, l’autrice développe des projets photographiques autour de l’intime et de la mémoire. « Le 8e art me permet souvent d’extérioriser mon côté nostalgique et sensible. Je fige ce qui me fait vibrer, ce qui me rend vivante, ce qui me touche », précise-t-elle. Réalisée en 2016, Personne ne va rire relate un voyage en Irlande, entrepris avec une amie, Alice. « Nous avions toutes les deux à peine 19 ans, raconte-t-elle. C’était notre premier voyage, nos premières libertés – nos premières peurs, aussi. Quelques années avant ce périple, Alice est tombée gravement malade et nous nous sommes perdus de vue. La maladie m’effrayait. Ce voyage ? Ce sont nos retrouvailles. Depuis qu’elle est guérie, je sais encore mieux apprécier les belles choses, les moments importants. » Véritable carnet de route, la série, shootée en noir et blanc capture la campagne irlandaise avec une aura fantasmagorique. Une manière poétique d’exorciser les craintes, et de célébrer une amitié retrouvée.

© Léa Treuil

© Léa Treuil

© Léa Treuil© Léa Treuil

© Léa Treuil© Léa Treuil

© Léa Treuil

Matthieu Marre

« Chacun de nous ne parle qu’une seule phrase, que seule la mort peut interrompre »,

cette phrase déclarée par le philosophe Roland Barthes lors d’une interview ne cesse de fasciner Matthieu Marre, 40 ans. Depuis 20 ans, le photographe développe une esthétique qui lui est propre. « Je travaille en chambre noire pour le tirage des négatifs noir et blanc, exclusivement sur petits formats, et je fais également de la diapositive couleur et noir et blanc, que j’utilise dans des installations », explique-t-il. Influencé par la littérature, l’artiste imagine des contes visuels intimistes. « L’ogre et Mélusine met en scène deux figures, l’une qui m’effraie, l’autre qui m’inspire, confie l’auteur. Je ne crois pas à la partition des genres  littéraires – séparer ceux qui traitent du réel de ceux qui nous emmènent dans l’imaginaire. Le conte est pour moi éminemment réel. Au travers de figures fantastiques, il ose dire ce qui travaille l’être en profondeur, ce qu’il est réellement. Cette série est un va-et-vient entre des figures qui ne m’appartiennent pas, mais qui disent, avec justesse, un peu ce que je suis. » Une immersion dans un univers dangereux, sensuel et mystérieux.

© Matthieu Marre© Matthieu Marre

© Matthieu Marre© Matthieu Marre

© Matthieu Marre© Matthieu Marre

© Matthieu Marre

Image d’ouverture : © Matthieu Marre

Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet