Les coups de cœur #338

26 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #338

Nos coups de cœur #338, Sven Forsans et Toufic Beyhum, sont tous deux inspirés par leur environnement. L’un capture le charme de ses escapades, et l’autre documente les conséquences de la mondialisation sur son pays d’adoption.

Sven Forsans

C’est après la naissance de son premier enfant que Sven Forsans, photographe franco-norvégien de 37 ans, a découvert le 8e art. « À l’époque, j’avais acheté un compact, lors d’un voyage en Norvège que j’avais malheureusement perdu. Au retour, au duty free, j’avais opté pour un reflex, dans l’optique de prendre de belles photos de mon fils, et, de fil en aiguille, je me suis pris au jeu », se souvient-il. Aujourd’hui, l’auteur « pense photo tout le temps », et immortalise ses périples autour du monde, comme dans le cadre de son quotidien. Son boîtier toujours à la main, il « fige dans le temps l’instant présent, et laisse une trace pour les générations futures ». Privilégiant une approche spontanée, et un rendu brut – il ne retouche presque pas ses images – Sven Forsans capture des scènes de rues, comme des paysages naturels, cherchant à intercepter, grâce à son objectif, le charme et la fugacité d’un moment. « Ce que je préfère ? Le naturel et l’authenticité », ajoute-t-il.

© Sven Forsans© Sven Forsans
© Sven Forsans© Sven Forsans

© Sven Forsans

Toufic Beyhum

« Depuis que je suis en Namibie, je réalise à quel point la jeune génération s’est occidentalisée. Elle mange de la malbouffe, porte des vêtements européens… Et si certains ne peuvent pas s’offrir les créations des grandes marques, à China Town, on peut trouver des contrefaçons. C’est triste, car le China Town d’ici est un simple entrepôt rempli de vêtements, d’objets électroniques, de jouets en plastique – aucun restaurant ni lieu culturel, comme à Londres ou à New York »,

raconte Toufic Beyhum, photographe d’origine libanaise. Inspiré par cette mondialisation de la culture, ce dernier met en scène, dans Quiet Colonialism, des modèles noires aux peignes et coiffes made in China. « Je les ai créés moi-même, et imprimés en 3D », précise-t-il. Une série haute en couleur, mêlant les coutumes emblématiques de l’Afrique à l’influence grandissante des pays développés. Photographiées de dos, les femmes, arborant ces accessoires avec fierté, déjouent les codes et invitent le regardeur à s’interroger : les rites et coutumes minoritaires sont-ils voués à disparaître ? Comment préserver leur richesse ? Les maintenir en vie, dans ce monde ultra connecté ? « La technologie, à petite dose, est notre amie. Mais elle peut aussi se retourner contre nous et détruire notre contact social, notre culture », avertit le photographe.

© Toufic Beyhum© Toufic Beyhum
© Toufic Beyhum© Toufic Beyhum

© Toufic Beyhum

Image d’ouverture : © Toufic Beyhum

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet