Les coups de cœur #371

10 janvier 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #371

Nos coups de cœur #371, Solène Milcent et Nicolas Duclos se tournent vers deux sujets complémentaires. L’une explore son espace intérieur, tandis que l’autre tourne son regard vers le monde extérieur.

Solène Milcent

« En octobre 2017, j’ai quitté mon travail pour partir en voyage pendant trois mois. Je n’avais qu’une envie : me retrouver dans de grands espaces, désertiques, silencieux. Au cours de ce périple, en Islande d’abord, puis dans le désert Mojave en Californie, et enfin en Arizona, j’ai tenu un journal d’écriture et de Polaroid. C’est ainsi que j’ai commencé mes premiers projets photo »,

se souvient Solène Milcent. Installée entre la Vendée et Barcelone – des paysages qui nourrissent son écriture – l’autrice de 31 ans s’est tournée vers le 8e art après des études de tourisme. Elle développe aujourd’hui une œuvre intimiste, où se croisent les notions de genre, de sexualité, d’introspection et d’amour. Des sujets que l’on retrouve dans In my room, un travail explorant la dichotomie entre « intérieur » et « extérieur ». « Dans mes images, il n’y a aucune trace d’écran ou de technologie numérique. Je veux que le moment que je capture soit hors du temps, ou du moins hors du présent. Pour se “déshabiller” du chaos extérieur. J’ai donc shooté des gens dans ma chambre – des amants, des amis, des nouvelles rencontres… Je mets de la musique douce, nous buvons un thé ou un verre de vin, puis je leur demande d’être dans leur pensée, comme si je n’étais pas là. Pour les espionner, dans ma propre intimité », explique-t-elle.

© Solène Milcent

© Solène Milcent© Solène Milcent
© Solène Milcent© Solène Milcent

© Solène Milcent

© Solène Milcent

Nicolas Duclos

C’est avec son smartphone que Nicolas Duclos, 25 ans, a découvert la photographie. Tombant rapidement amoureux du médium, il se forme grâce à des cours du soir et intègre une école de photo. Ses thèmes de prédilection ? « Le paysage naturel et architectural. Je m’intéresse au territoire pour ce qu’il y a de politique et social, pour ce qu’il reflète de notre société », précise-t-il. Une volonté que l’on retrouve dans Benidorm. « Il s’agit d’une série sur l’architecture du tourisme de masse. Cette station balnéaire espagnole a été construite sur un modèle entièrement dédié à ses excès : bâtiments hôteliers avec piscine, bars à thèmes, golfs, casinos… C’est le culte du “all inclusive” et de “l’entertainment” au royaume du béton. Tout n’y est pas laid, j’ai parfois été émerveillé par la lumière du soir sur les bâtiments, dans une sorte d’atmosphère paradisiaque de l’enfer. On trouverait presque cela beau, mais on a honte. C’est contradictoire et j’aime rendre le spectateur coupable de trouver cela joli », confie l’auteur. Dénués de toute présence humaine, ses clichés donnent à voir un univers aussi futuriste que passé, où se croisent les rêves d’un divertissement à outrance et la réalité, au charme bafoué.

© Nicolas Duclos

© Nicolas Duclos© Nicolas Duclos
© Nicolas Duclos© Nicolas Duclos

© Nicolas Duclos

© Nicolas Duclos

Image d’ouverture : © Solène Milcent

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine