Les coups de cœur #371

10 janvier 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #371

Nos coups de cœur #371, Solène Milcent et Nicolas Duclos se tournent vers deux sujets complémentaires. L’une explore son espace intérieur, tandis que l’autre tourne son regard vers le monde extérieur.

Solène Milcent

« En octobre 2017, j’ai quitté mon travail pour partir en voyage pendant trois mois. Je n’avais qu’une envie : me retrouver dans de grands espaces, désertiques, silencieux. Au cours de ce périple, en Islande d’abord, puis dans le désert Mojave en Californie, et enfin en Arizona, j’ai tenu un journal d’écriture et de Polaroid. C’est ainsi que j’ai commencé mes premiers projets photo »,

se souvient Solène Milcent. Installée entre la Vendée et Barcelone – des paysages qui nourrissent son écriture – l’autrice de 31 ans s’est tournée vers le 8e art après des études de tourisme. Elle développe aujourd’hui une œuvre intimiste, où se croisent les notions de genre, de sexualité, d’introspection et d’amour. Des sujets que l’on retrouve dans In my room, un travail explorant la dichotomie entre « intérieur » et « extérieur ». « Dans mes images, il n’y a aucune trace d’écran ou de technologie numérique. Je veux que le moment que je capture soit hors du temps, ou du moins hors du présent. Pour se “déshabiller” du chaos extérieur. J’ai donc shooté des gens dans ma chambre – des amants, des amis, des nouvelles rencontres… Je mets de la musique douce, nous buvons un thé ou un verre de vin, puis je leur demande d’être dans leur pensée, comme si je n’étais pas là. Pour les espionner, dans ma propre intimité », explique-t-elle.

© Solène Milcent

© Solène Milcent© Solène Milcent
© Solène Milcent© Solène Milcent

© Solène Milcent

© Solène Milcent

Nicolas Duclos

C’est avec son smartphone que Nicolas Duclos, 25 ans, a découvert la photographie. Tombant rapidement amoureux du médium, il se forme grâce à des cours du soir et intègre une école de photo. Ses thèmes de prédilection ? « Le paysage naturel et architectural. Je m’intéresse au territoire pour ce qu’il y a de politique et social, pour ce qu’il reflète de notre société », précise-t-il. Une volonté que l’on retrouve dans Benidorm. « Il s’agit d’une série sur l’architecture du tourisme de masse. Cette station balnéaire espagnole a été construite sur un modèle entièrement dédié à ses excès : bâtiments hôteliers avec piscine, bars à thèmes, golfs, casinos… C’est le culte du “all inclusive” et de “l’entertainment” au royaume du béton. Tout n’y est pas laid, j’ai parfois été émerveillé par la lumière du soir sur les bâtiments, dans une sorte d’atmosphère paradisiaque de l’enfer. On trouverait presque cela beau, mais on a honte. C’est contradictoire et j’aime rendre le spectateur coupable de trouver cela joli », confie l’auteur. Dénués de toute présence humaine, ses clichés donnent à voir un univers aussi futuriste que passé, où se croisent les rêves d’un divertissement à outrance et la réalité, au charme bafoué.

© Nicolas Duclos

© Nicolas Duclos© Nicolas Duclos
© Nicolas Duclos© Nicolas Duclos

© Nicolas Duclos

© Nicolas Duclos

Image d’ouverture : © Solène Milcent

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin