Les coups de cœur #385

18 avril 2022   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #385
Lou Westrelin et Sarah Gharbi, nos coups de cœur #385, sont toutes deux passionnées par les disciplines artistiques plurielles. L’une capture des images aux influences picturales, quand l’autre fait dialoguer les médiums pour créer une œuvre narrative.

Lou Westrelin

Née en 2003 à Belfort, Lou Westrelin est passionnée, depuis toujours, par les multiples formes d’art : le dessin et la peinture notamment. « Mais c’est la photographie qui m’attirait le plus. En 2021, j’ai commencé à pratiquer, tout d’abord avec mes ami·es, puis en shootant mon environnement. J’ai ensuite voulu faire évoluer mon écriture, et j’ai arrêté les portraits “simples” pour me lancer dans un travail qui retranscrivait davantage ma vision du 8e art », raconte-t-elle. Inspirée par le surréalisme poétique de René Magritte, et les réalisations étranges de Ben Zank, la jeune artiste s’attache à composer des œuvres atypiques, où les sujets se cachent, se camouflent derrière des objets comme des éléments du décor. « Pour moi l’art – peu importe la discipline – cherche à transmettre une émotion. C’est ce que j’essaie toujours de faire. Je capture des instants qui paraissent irréels pour créer une coupure avec le vrai monde », déclare-t-elle. Un foulard voilant les traits d’un homme, une éclaboussure de lait jouant le rôle de masque, un arbre-poteau imposant… Entre humour et sensibilité, Lou Westrelin donne à voir des figures anonymes aux mouvements parlants, des dialogues sourds animés par un visuel poignant.

© Lou Westrelin

© Lou Westrelin© Lou Westrelin
© Lou Westrelin© Lou Westrelin

© Lou Westrelin

© Lou Westrelin

Sarah Gharbi

À 24 ans, Sarah Gharbi, étudiante en Art plastique à la Sorbonne, bouillonne d’envies, de ressources et d’inspirations. Par son approche multidisciplinaire, mêlant médium photographique, vidéo, rédaction et peinture, l’artiste compose une œuvre personnelle, à la croisée des approches plasticiennes. « Je sens que ma pratique évolue, elle est davantage narrative. Avant, j’aspirais à faire quelque chose d’esthétique pour avoir une identité visuelle forte, sans qu’il y ait vraiment de discours, chose que je réussis à présent à élaborer », affirme-t-elle. Au fil de ses séries, son écriture s’affine, et gagne en profondeur, se déplaçant pas à pas vers l’autofiction. Dans son projet Au nom du père, elle met en scène sa petite sœur − miroir de son enfance − et interroge la figure du père absent dans la construction d’une jeune fille. Elle puise ainsi dans son expérience pour la sublimer et l’incarner. Dans les images de Sarah Gharbi, le décor est lui aussi chargé d’histoire. « Mes mises en scène sont calculées, presque théâtralisées. J’écris des sortes de scénarios sur lesquels m’appuyer. Les endroits où je crée sont bruts, et nous invitent instantanément à rentrer dans la narration », ajoute-t-elle. En découle une atmosphère mélodramatique, qui ravive les souvenirs d’un passé imaginaire, où les protagonistes, petit·e·s ou grand·e·s, crèvent l’écran.

© Sarah Gharbi© Sarah Gharbi

© Sarah Gharbi© Sarah Gharbi

© Sarah Gharbi© Sarah Gharbi

© Sarah Gharbi

Explorez
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
© Pauline Herlent
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
Cyril Laroche et Pauline Herlent, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins d’expérimentation du réel. Les deux...
01 avril 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet