Les coups de cœur #422

02 janvier 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #422

Laura Fernández et Mina Rodriguez, nos coups de cœur #422, prônent une photographie intuitive. Pour l’une, l’image est un moyen de se rattacher au monde des souvenirs. Pour l’autre, une façon de figer des instants en suspens.

Laura Fernández

C’est après plusieurs années de stylisme que Laura Fernández s’est éprise de la photographie. « Je me souviens du jour où j’ai eu une illumination. Alors que le confinement m’avait enfermée dans des habitudes contraignantes, j’ai soudain su que je devais photographier pour m’évader. C’est devenu essentiel. C’est un élan qui me pousse à la création, et à relever de nouveaux défis », confie-t-elle. Originaire de Barcelone, la photographe de 28 ans a baigné dans l’art depuis sa tendre enfance. Cherchant à renouer avec ses racines par le médium, elle part puiser ses inspirations auprès de son cercle familial. « Jour après jour, je me rends compte de l’importance de mon héritage, et surtout de sa pureté. J’apprécie et j’admire davantage mes origines, l’humilité, ma famille, le travail, la nature. Je veux continuer dans la simplicité et la chaleur, car ce sont des choses vers lesquelles on revient toujours. » Dans sa série Campesina, Laura Fernández s’attache à recréer l’atmosphère si singulière de la campagne où vivent ses grands-parents. « Je rends hommage aux jours qui ne reviendront pas, à la terre, aux animaux, aux odeurs… », ajoute-t-elle. Tendre ode à ses aïeux·lles, ce projet revisite des souvenirs qui lui ont filé entre les doigts ou qui ne lui ont pas appartenu, mais qui, l’espace d’une prise de vue, réinvestissent sa réalité.

© Laura Fernández© Laura Fernández
© Laura Fernández© Laura Fernández
© Laura Fernández© Laura Fernández

© Laura Fernández

Mina Rodriguez 

« J’ai toujours aimé observer les gens et les gestes qui leur échappent, essayer de comprendre ce qui les rend uniques et fait leur essence »

, déclare Mina Rodriguez. Après des études d’histoire de l’art, et quelques années en tant qu’assistante pour une agence de photographie d’objets d’art, elle décide de retourner se former à l’École de Condé. Là-bas, elle développe une nouvelle approche et fait entrer l’humain dans son œuvre. Le portrait se place alors au cœur de son travail et lui permet d’en apprendre davantage sur elle-même et son intériorité. « Le portrait, est un véritable échange entre le photographe et le photographié, il faut être prêt à donner quelque chose de soi à son modèle pour qu’il puisse donner en retour. » Influencée par l’empathie de Rineke Djikstra ou par le pittoresque des clichés de Martin Parr, Mina Rodriguez désire entretenir un lien impérissable avec ses sujets. Plus loin encore, elle souhaite que l’autre se lise par sa simple présence, et qu’en un coup d’œil, un éclat de couleur, on devine l’envers du décor. « Dans mes images, j’aime montrer ce qu’habituellement on ne montre pas : des instants de flottement, semi-hypnotiques, où le modèle est complètement à l’aise avec lui-même et mon objectif », conclut-elle

© Mina Rodriguez © Mina Rodriguez 
© Mina Rodriguez © Mina Rodriguez 
© Mina Rodriguez © Mina Rodriguez 

© Mina Rodriguez

Image d’ouverture © Mina Rodriguez

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine