Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno

Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
© Tommy Keith

Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le premier s’intéresse aux nuances du front de mer quand le second poétise la réalité au travers de compositions monochromes.

Tommy Keith

Photographe passionné, initié par son grand-père, Tommy Keith vit à Toronto. Fasciné par la relation complexe entre nature et paysage urbain, il s’intéresse à la représentation de ces dynamiques et à l’emploi de ces espaces. Plus particulièrement au sein de communauté qui règne sur le front de mer, qu’il fréquente régulièrement, où il aborde des inconnu·es afin de les photographier. Il décrit le bord de l’eau de manière intense et vivante : « La vie s’épanouit dans ce petit bout d’espace public coincé entre le lac Ontario et l’autoroute Gardiner. L’autoroute est animée par un flot continu de voitures qui contraste avec le doux clapotis des vagues sur le rivage, tandis que les gens se taillent leur propre espace entre ces forces omniprésentes. Parfois, cette zone ressemble à un répit de la ville, alors qu’à d’autres moments, c’est un écosystème animé d’activités au bord du lac ». Témoin privilégié de l’énergie et de la vie qui s’y meuvent, Tommy Keith nous fait don, avec ses images, de quelques-unes des émotions mémorables qu’il traverse dans cet environnement.

© Tommy Keith
© Tommy Keith
© Tommy Keith
© Tommy Keith

© Patrick Gilliéron Lopreno

Patrick Gilliéron Lopreno

Une brume épaisse se confond au grain de l’image. Un papillon ornemente un motif fait de divers feuillages. La silhouette d’une colline enneigée coupe un ciel légèrement plus foncé. Ces tableaux, signés Patrick Gilliéron Lopreno, sont issus de U-Turn, série et ouvrage qui achève une trilogie entamée en 2018. Dans ce nouveau projet, le photographe genevois « défend l’importance d’un ordre spirituel dans l’espoir de surmonter notre désunion et de recréer une unité entre la nature et les êtres ». Portées par une esthétique cinématographique, influencée par les œuvres d’Andreï Tarkovski, de Terrence Malick et de Béla Tarr, ses images transposent la réalité brute dans un monde poétique. « Ernst Jünger a écrit ceci : “Ce n’est ni dans les choses du passé ni dans les utopies que l’on saisit le merveilleux, mais dans le présent.” Et il a totalement raison », assure-t-il. Ce volume, comme les précédents, trouve aussi matière dans la littérature, et plus particulièrement dans les textes de Robert Walser, Gustave Roud, Peter Handke et Zéno Bianu. « Je travaille, pour mes livres, en étroite collaboration avec un écrivain avec qui j’ai une vraie affinité et une totale confiance », ajoute-t-il.

© Patrick Gilliéron Lopreno
© Patrick Gilliéron Lopreno
© Patrick Gilliéron Lopreno
© Patrick Gilliéron Lopreno
© Patrick Gilliéron Lopreno
À lire aussi
Les coups de cœur #496 : Frédéric Murarotto et Benjamin Achour
© Benjamin Achour
Les coups de cœur #496 : Frédéric Murarotto et Benjamin Achour
Frédéric Murarotto et Benjamin Achour, nos coups de cœur de la semaine, offrent d’autres perspectives aux sujets qu’ils immortalisent. Le…
10 juin 2024   •  
Les coups de cœur #495 : Victoria Vinas et Evgeniya Strygina
© Victoria Vinas
Les coups de cœur #495 : Victoria Vinas et Evgeniya Strygina
Victoria Vinas et Evgeniya Strygina, nos coups de cœur de la semaine, appréhendent la photographie comme une manière de répondre aux…
03 juin 2024   •  
Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin