Les dystopies enchanteresses de David Nissen

14 février 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Les dystopies enchanteresses de David Nissen

Avec Out of the Darkness, le photographe français David Nissen imagine un monde monochrome peuplé de fantômes humains, proche de la dystopie, mais cependant habité d’un feu ardent.

« Out of the darkness a été composé suite à une déambulation, c’était un peu une page qui se refermait » , annonce David Nissen. À la manière de son « photo-roman » culte La Jetée de Chris Marker, le livre de ce cinématographe devenu également photographe apparaît comme une succession de souvenirs partiels et dénaturés, dont l’agencement raconte une histoire. On pourrait dire, en voguant au cœur des pages de l’ouvrage, qu’il correspond à une longue traversée de routes, de tunnels, de buildings de style passé ou futuriste, rythmé par des étapes dans des villes étranges, habitées par leurs habitants solitaires.

Ce livre, l’artiste l’a voulu en petit format mais pleine page, pour permettre une immersion complète dans cet univers dystopique – « Dystopia » a d’ailleurs failli être le titre de l’œuvre. « C’est l’histoire d’un regard dans une ville presque évanouie, où ne se trouvent que des fantômes humains », raconte David Nissen. Pour l’imaginer, le photographe est allé de capitales en grandes villes, en s’attachant à contempler les silhouettes fantasmagoriques qui habitent chacune d’elles.

© David Nissen

Aimer l’obscurité

Dans ces images où se croisent photographie de rue et cinématographie, certains personnages endossent plusieurs rôles, dépendant d’un simple point de vue : de simples citadins, intégrés ou marginaux, ils prennent parfois l’apparence de spectres voire des mirages. Sont-ils menaçants ou paisibles ? Désœuvrés ou heureux ? Les personnages de Out of the Darkness – comme cet individu assis dans la rue, à la capuche fermée sur son visage – demeurent aussi insaisissables que leur silhouette qui se découpent, contrastant avec ces visions d’un monde brumeux.

Si l’on relève tout de même un paradoxe dans le fait de parler d’une « sortie des ténèbres » tout en rejetant la couleur de ses photographies, le photographe s’en justifie pourtant : « le titre Out of the Darkness, je l’ai adoré. Je trouve Dystopia plus juste mais trop négatif. J’avais envie de choisir un titre en hommage à la lumière, aussi », précise-t-il. Pour la réalisation de ce livre, David Nissen s’est beaucoup imprégné de films en noir et blanc, de Kurosawa notamment – beaucoup de ces images ont d’ailleurs été prises au Japon – ou même de l’art mystique et poétique de son cinéaste fétiche, Andreï Tarkovski. « Ce dernier est pour moi un maître en termes d’anticipation, de narration, de poésie. Je pense que ce qu’il fait est presque parfait, que ce soit dans ses images ou ses couleurs », affirme-t-il. On perçoit, aussi, l’importance qu’a pour lui le travail du grand coloriste Saul Leiter et son attachement à saisir un monde, flottant, presque abstrait, entre deux mondes. C’est finalement peut-être les souvenirs de ses propres rêves, peuplé de créatures mythiques, que David Nissen tente d’inscrire dans une réalité qui échappe au temps, ou à toute tentative de circonscription dans un espace figé.

 

David Nissen sortira prochainement un nouveau livre, Shadow’s Praise.

© David Nissen

© David Nissen© David Nissen
© David Nissen© David Nissen

© David Nissen

© David Nissen

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine