Les émotions quotidiennes de La Paranoia

25 mars 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les émotions quotidiennes de La Paranoia

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. Par des collages à la frontière du minimalisme et du surréalisme, La Paranoia partage ses pensées, ses doutes et ses humeurs. Une bulle de créativité et de douceur à contempler sans hésiter ! 

Amoureuse du cinéma et collectionneuse de memes de chats, Laura, l’artiste visuelle derrière La Paranoia, nourrit continuellement sa créativité. Peinture, photo, dessin, découpage, ou encore couture… Elle varie les disciplines artistiques et plastiques pour imaginer des collages minimalistes envoûtants. Fixes ou animées, les créations immiscent les spectateurices dans l’univers de l’artiste composé de ses émotions, de la nature et d’une vive nostalgie. « Lorsque mon grand-père nous rendait visite, il utilisait toujours ces vieux boîtiers jetables Kodak jaunes. Dans mon esprit d’enfant, j’étais émerveillée à l’idée de capturer l’espace et le temps dans une petite boîte et de la garder comme un trésor parce qu’on ne pouvait pas voir l’image instantanément. Ces instants de vie ont définitivement remué quelque chose en moi », se remémore Laura, originaire du Costa Rica et installée à Barcelone depuis neuf ans. 

En mêlant les sentiments du quotidien et les différentes facettes de sa vie de femme moderne, la photographe, aussi vidéaste et designeuse, livre des créations intimes. « Elles sont toutes un morceau de moi à un certain moment de ma vie », précise-t-elle. Ayant grandi sous les tropiques, la nature prend une place prépondérante dans son travail. Un scorpion maléfique, une vague paradisiaque, des fleurs délicates ou un papillon personnifié, les éléments s’enchaînent dans l’imaginaire florissant de La Paranoia. Dénicher les images devient alors une partie intégrante de son processus de création. Bien que sa malle aux trésors regorge de ses propres photographies et de sa collection de fleurs séchées, elle rassemble également des visuels au gré de ses découvertes dans de vieux livres, des cartes postales, des journaux, des magazines et même des prospectus.

© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia

Renouveler les réseaux sociaux

« Issu du dadaïsme, le collage a toujours été associé à un art chaotique, saturé et explosif, mais il consiste également à remettre en question la société et les normes actuelles. Vivant à l’ère du consumérisme et du capitalisme, le minimalisme est un moyen de contrer ce chapitre de la société », assure l’artiste. Elle poursuit : « Aux prémices de mon processus de création, j’ai découvert qu’appliquer la règle d’or « less is more » à mon travail donnait une certaine satisfaction visuelle dont j’avais besoin. J’ai trouvé super fort l’idée de simplifier quelque chose d’aussi grand que des sentiments ou des pensées en petits morceaux d’images. » En partageant ses œuvres sur Instagram, Laura participe à la démocratisation sur les réseaux sociaux de nouvelles esthétiques, crées à partir d’anciennes, tout en interrogeant les normes actuelles de ce type de plateformes. 

« C’est une autre façon de communiquer, de partager et c’est aussi un outil très puissant. Je pense que c’est un excellent moyen d’exprimer sa créativité. Le fait de publier presque tous les jours afin d’être remarquée par l’algorithme m’a fait trouver mon propre style », confie l’artiste. Laura joue des fonctionnalités proposées par Instagram en créant des filtres spécifiques que les utilisateurices peuvent utiliser à leur tour sur leurs photos et selfies en tout genre. Questionnant sans cesse la forme et le rôle de la femme dans la société actuelle, La Paranoia propose différentes réponses plus poétiques les unes que les autres. 

© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia
© La Paranoia© La Paranoia

© La Paranoia

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas