Les hommes de Jaipur

28 janvier 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les hommes de Jaipur

Passionné par la culture de l’Inde, le photographe Timothy Frazier a voyagé jusqu’à Jaipur. Son projet In Search of the Raja’s donne à voir une ville complexe, historique et masculine.

Photographe et éditeur de thephotographicbandwidth, un site web dédié au 8e art, Timothy Frazier a découvert le monde de l’image alors qu’il était au lycée. « Cette période de ma vie a été difficile, marquée par le divorce de mes parents. La photo est devenue une sorte d’échappatoire. Je me réfugiais dans les chambres noires », confie l’artiste. En grandissant, son approche et ses connaissances ont évolué. Timothy Frazier shoote désormais des séries documentaires singulières. « Les portraits que je réalise sont des “caricatures”. Ils reflètent ce que je m’imagine de mes modèles », précise-t-il.

Adolescent, le photographe a développé une certaine fascination pour l’Inde, sa culture et sa mythologie. Après avoir lu la Bhagavad-Gita (l’un des écrits fondamentaux de l’hindouisme) et d’autres textes religieux, Timothy Frazier a découvert Jaipur, une ville indienne à l’histoire captivante. « Avant d’appartenir à l’Inde, ce lieu était une terre gouvernée par les Rajas, les rois indiens », explique-t-il. En voyageant là-bas, il construit In Search of the Raja’s, une série sublimant Jaipur et son riche passé.

Approcher les différences avec sagesse

Des paysages urbains aux tons chauds, et des portraits d’hommes peuplent la série de Timothy Frazier. Des modèles qu’il a rencontrés dans les rues de Jaipur. « Ils s’approchaient de moi, me demandant de les photographier, raconte l’auteur. Nous avons discuté, échangé quelques plaisanteries, mais jamais nous n’avons mentionné la notion de masculinité. » Quelle est la place laissée aux femmes dans cet univers patriarcal ? Qu’attend-on de ces hommes, si présents dans la société ? Sont-ils réellement libres ? Si Timothy Frazier met en lumière les inégalités de la culture indienne, il approche ces différences avec sagesse : « Culturellement, l’Inde est très différente de l’Europe ou des États-Unis. Les hommes et les femmes interagissent autrement. Il est important d’être respectueux envers les coutumes des pays que l’on visite. »

Pour le photographe, « nous, humains, sommes tous semblables. Notre seule différence est notre expérience ». Tout en nuance, il dresse le portrait d’une ville dominée par la masculinité, ponctuée de quelques délicates métaphores – une rose, un geste affectueux, un amour paternel. Une vulnérabilité dissimulée.

© Timothy Frazier© Timothy Frazier

© Timothy Frazier

© Timothy Frazier© Timothy Frazier
© Timothy Frazier© Timothy Frazier

© Timothy Frazier

© Timothy Frazier© Timothy Frazier
© Timothy Frazier© Timothy Frazier

© Timothy Frazier

© Timothy Frazier© Timothy Frazier

© Timothy Frazier

Explorez
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les Résonances de Paul Cupido et Chloé Azzopardi à la Fisheye Gallery
© Chloé Azzopardi
Les Résonances de Paul Cupido et Chloé Azzopardi à la Fisheye Gallery
Comme chaque année, la Fisheye Gallery prend ses quartiers d’été à Arles. Du 1er juillet au 30 août 2024, le public pourra y...
20 juin 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti