Les paysages de Joe N. Coleman

01 septembre 2015   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les paysages de Joe N. Coleman
Fasciné par les grands espaces, Joe Nigel Coleman livre une série sur l’homme et la nature.

A 27 ans, Joe Nigel Coleman a déjà été publié dans de nombreux magazines. Ce photographe australien est d’ailleurs l’auteur de la photo en couverture de Fisheye #11. Fasciné par les grands espaces, il a réalisé la série “People as landscapes” (en français, “les gens se fondent dans le paysages”) en 2014. Par ces images en argentique, Joe montre le lien indestructible qui unit les hommes à la nature. Pour Fisheye, il évoque sa vision de la photographie.

Fisheye: Quand as tu décidé de devenir photographe ?

Joe Nigel Coleman:

Ce n’était pas vraiment une décision, cela s’est fait naturellement. J’ai commencé à essayer des vieux appareils que j’avais acheté à Prague. Je me rappelle quand je suis allé récupérer les photos développées: en les regardant, j’avais des papillons dans le ventre face à ce que j’avais créé. C’était il y a 7 ans.

Image extraite de la série "People as landscapes" / © Joe Nigel Coleman
Image extraite de la série “People as landscapes” / © Joe Nigel Coleman

La plupart des tes photos sont prises dans la nature; comment décrirais-tu ton style en quelques mots?

Mes photos sont des réflexions romancées sur mon quotidien, mes rêves et mes désirs. Le terme “éthéré” correspond assez bien à mon style.

Quels artistes t’inspirent le plus?

Les peintres de paysages du début des années 1900 m’intéressent vraiment. Hans Heysen est un bon exemple. La façon dont la couleur et la lumière sont retranscrites dans ces tableaux me touche beaucoup.

Quel compliment te touche, concernant tes photos ?

Certaines personnes m’écrivent pour me dire qu’elles se sont identifiées dans mes photos: c’est toujours agréable à entendre !

Image extraite de la série "People as landscapes" / © Joe Nigel Coleman
Image extraite de la série “People as landscapes” / © Joe Nigel Coleman

Peux-tu nous parler de ta série People as landscapes ?

Je n’ai pas l’habitude de prendre des photos en ayant une idée de série en tête. C’est plus une façon d’organiser mes images qu’une manière de penser mon travail. J’ai donc pris ces photos spontanément au cours des deux dernières années.

Y a t’il une photo dont tu es particulièrement fier ?

L’année dernière j’ai emménagé à Melbourne. Avant j’habitais Newcastle, au bord de l’océan. Quitter la côte est qui m’est si familière a été difficile. J’ai pris cette photo lors de ma dernière baignade là-bas. C’était un après-midi d’été ordinaire. Une tempête arrivait du sud emmenant avec elle un ciel sombre et du vent. L’eau était chaude et il n’y avait personne autour de moi: c’était un moment particulier et j’ai l’impression d’avoir conservé un peu de mon ressenti dans cette image. C’est une manière d’arrêter le temps.

© Joe Nigel Coleman
© Joe Nigel Coleman

Quels sont tes prochains projets ?

Je travaille actuellement sur un livre que j’espère sortir bientôt… En règle générale, je fais tout pour trouver l’inspiration, je suis très actif et je photographie ce qui me touche.

7_JoeNigelColeman_fisheyelemag4_JoeNigelColeman_fisheyelemag3_JoeNigelColeman_fisheyelemag6_JoeNigelColeman_fisheyelemag2_JoeNigelColeman_fisheyelemag10_JoeNigelColeman_fisheyelemag1_JoeNigelColeman_fisheyelemag5_JoeNigelColeman_fisheyelemag

Propos recueillis par Hélène Rocco

En (sa)voir plus

→ L’intégralité de la série

→ Son site web

→ Son compte Instagram

→ Sa page Facebook

→ Son Tumblr

Explorez
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
29 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet