Les paysages de l’esprit de Claudia Corrent

21 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les paysages de l’esprit de Claudia Corrent

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. La photographe Claudia Corrent mélange images d’archive et paysages contemporains. Une façon pour elle de construire un monde imaginaire idéal.

Après avoir étudié la philosophie à l’université, Claudia Corrent, photographe italienne de 39 ans, plonge dans le 8e art. « Pour être honnête, je suis intéressée par ce média depuis le jour où mon père a rapporté un boîtier à la maison, lorsque j’étais adolescente. J’ai toujours été fascinée par les images, et je me souviens que je réarrangeais sans cesse les clichés de nos albums de famille lorsque j’étais jeune », se souvient-elle.

D’abord intéressée par les reportages, l’artiste s’est ensuite tournée vers la photographie de paysage et d’archive. Deux esthétiques qu’elle fusionne grâce à une vision profondément humaniste. Dans Per te, per ricordarti spesso (Pour toi, pour que tu te souviennes souvent d’elle), un projet hybride, mêlant passé et présent, symbolisme et réalisme, Claudia Corrent place ses sujets dans un environnement intemporel. « Tout a commencé lorsqu’on m’a confié les photographies d’une femme nommée Mirta, née dans les années 1920 à Trento, à quelques kilomètres de chez moi » raconte l’artiste. En parallèle, l’auteure collectait des clichés d’une petite fille appelée Doris. Des trésors qu’elle dénichait dans des marchés aux puces. « Sans connaître ces femmes, je pouvais deviner des bribes de leurs vies, imaginer leurs souvenirs en comparant ma vie à la leur », confie l’artiste. Une introspection lui permettant de réunir ces inconnues dans un même récit.

Objets puissants

Trois générations se rencontrent ainsi au cœur de Per te, per ricordarti spesso – une légende inscrite au dos d’une des images récoltées : Mirta et Doris, la tante et le père de Claudia Corrent, puis ses cousines et ses sœurs. Un projet complexe entrelaçant les notions de famille, de mémoire et d’imaginaire. « Il s’agit d’une sorte de paysage de l’esprit. Un panorama qui change en fonction de mon ressenti, de mes émotions », confie l’auteure, qui perçoit les images d’archive comme des créations insensibles au passage du temps. Pour elle, les clichés, loin d’être futiles ou fragiles, deviennent des objets puissants, des icônes existant à leur façon.

Des créations si précieuses qu’elles permettent de refermer les failles du passé. « Cette série provient d’un besoin personnel de mettre à plat certains détails de ma vie. Il y a quelques années, j’ai découvert un concept venu de la culture juive, Tikkun, qui m’a fascinée : cela signifie réparer », explique la photographe. Un voyage dans le temps métaphorique, effaçant les erreurs de son « moi » antérieur. En intervenant sur ces images d’archive, Claudia Corrent invente une vérité alternative et change l’histoire. Elle construit alors un univers où archaïsme et modernité se mêlent, efface les démons de l’avant et imagine un après paisible, idéal et presque palpable.

© Claudia Corrent© Claudia Corrent

© Claudia Corrent© Claudia Corrent

© Claudia Corrent© Claudia Corrent

© Claudia Corrent© Claudia Corrent

© Claudia Corrent

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill