Les Rencontres d’Arles 2018 : nos cinq expos coups de cœur 

23 juillet 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Les Rencontres d’Arles 2018 : nos cinq expos coups de cœur 

De passage dans la cité arlésienne ? Fisheye vous conseille cinq expositions inévitables présentées jusqu’au 23 septembre lors des Rencontres d’Arles.

1. Jonas Bendiksen, Le Dernier Testament 

« Le Dernier Testament est né d’une longue fascination pour la religion et d’un besoin de comprendre ce qu’est la foi, la croyance, et ce en quoi on peut croire », explique Jonas Bendiksen, l’auteur de ce projet monumental. Ce photographe norvégien a partagé le quotidien de sept hommes prétendant chacun être le messie. Un voyage aux quatre coins du monde – Angleterre, Brésil, Russie, Afrique du Sud, Zambie, Japon, Philippines  pour découvrir Jésus de Kitwe, Jésus de Matayoshi, INRI ou encore Apollo (fondateur et le dirigeant de l’entreprise Le Royaume du Jésus Christ). Aux délicieux portraits sont associés des témoignages amusants où l’on découvre tantôt un puissant messie, et tantôt un outsider qui prêche le suicide à ses adversaires.

Une interview réalisée avec Jonas Bendiksen est à retrouver dans notre dernier numéro.

© Jonas Bendiksen / MagnumPhotos
South Africa. 2016. KwaZulu Natal.
Moses preaches to his flock during the wedding.
Moses Hlongwane is known to his thirty or so disciples in South Africa as The King of Kings, The Lord of Lords, or simply: Jesus. God first told Moses he was the Messiah in a dream in 1992, at which time he was working as a small-time jewelry salesman. Since then he has preached to the multitudes in the KwaZulu-Natal province; he later expanded his mission to Johannesburg and other large cities. Now Moses lives with his closest disciples in his native village of Eshowe outside Durban.
According to Moses’ teachings, Judgment Day is approaching fast. The buildup to this moment has been long and dramatic, with Moses singlehandedly fighting the Devil for many years. The resulting End of Days is in part triggered by the conclusion of Moses’s successful search for a wife.

2. Matthieu Gafsou, H+ 

Matthieu Gafsou s’est intéressé à la notion d’humanité augmentée et de transhumanisme – un mouvement qui prône l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains.

Du prototype de pancréas à la cuve de cryogénisation en passant par les implants party, Matthieu Gafsou a photographié les objets comme les acteurs du mouvement. Il expose, à la maison des peintres, un ensemble d’images artificielles venues après un travail d’enquêteur. Un faisceau d’indices rassemblé en six chapitres questionne le futur de notre humanité. Quel rapport à la technique l’homme du 21e siècle cultive-t-il ? Est-ce que la technique peut tout remplacer ? Un sublime projet qui déroute.

© Matthieu Gafsou. Avec l’aimable autorisation de l’artiste, de Galerie C et de MAPS.

© Matthieu Gafsou. Avec l’aimable autorisation de l’artiste, de Galerie C et de MAPS.

3. Une colonne de fumée – Regard sur la scène contemporaine turque

À la maison des peintres, une quinzaine d’artistes turques présentent la vision de leur pays marqué par la censure et l’autocensure. Quotidien difficile, guerres ou encore protestations, leur travaux composent un poignant état des lieux de la Turquie. Comment agir en tant qu’artistes aujourd’hui ? La photographie est-il un médium gage de liberté ? Avec eux, on redécouvre un pays, où il est encore possible de dire la vérité.

L’occasion de redécouvrir Çagdas Erdogan et sa série Contrôle réalisée en 2016. En photographiant la nuit turque, il dénonce un climat politique conservateur. Un instantané de la Turquie violent et poétique.

Une interview réalisée avec Yann Perreau – l’un des deux commissaires – est à retrouver dans notre dernier numéro.

Contrôle, 2015-2016 © Çağdaş Erdoğan

Contrôle, 2015-2016 © Çağdaş Erdoğan

4. The train, le dernier voyage de Robert F. Kenedy 

Durant les Rencontres, l’atelier des forges se transforme en gare. Trois artistes – Paul Fusco, Rein Jelle Terpstra et Phlippe Parreno – se sont penchés sur le dernier voyage de Robert F. Kenedy, le trajet d’un train funéraire, depuis New York jusqu’à Washington. Le voyage commence avec Paul Fusco, le  photographe commissionné pour l’évènement et ses images couleur. Depuis dans le train ce dernier documente les personnes endeuillées postées le long des rails. Des images qui montrent la diversité du pays et de ses habitants. Avec Rein Jelle Terpstra, le visiteur se place du côté des spectateurs venus rendre hommage au candidat démocrate. L’artiste hollandais Rein Jelle Terpstra a rassemblé des images prises par des amateurs. Un travail d’archives impressionnant. Philippe Parreno choisit quant à lui de « montrer le point de vue du mort » à travers son film du 8 juin 1968. Avec sa reconstitution sur un film 70mm, le visiteur monte à bord du train et dévient lui aussi un témoin silencieux. Virée contemplative ou regards croisés sur événement politoco sociohistorique ? Une chose est certaine, le dialogue construit ici est astucieux.

Sans titre, série RFK Funeral Train, 1968 © Paul Fusco/Magnum Photos, Avec l’aimable autorisation de la Danziger Gallery.

Sans titre, RFK Funeral Train, 1968 © Paul Fusco/Magnum Photos, Avec l’aimable autorisation de la Danziger Gallery.

5. Depardon USA, 1968-1999

Un passage s’impose à l’espace Van Gogh où Raymond Depardon expose ses reportages américains réalisés de 1968 et 1999. Il dévoile en 75 clichés et quatre temps sa vision des États-Unis, un pays qui a impacté sa vie. 1968. Première virée outre-Atlantique du cinéaste et photographe français où il y documente entre autres la Convention nationale démocrate, une manifestation contre la guerre du Viêt Nam et la campagne électorale de Richard Nixon.  En1981, il photographie New York et ses habitants en colère. Un endroit parfait pour apprendre à regarder et préciser son approche photographique. Un an plus tard, en 1982, Raymond Depardon documente son voyage réalisé dans l’ouest des États-Unis, du Nouveau-Mexique à la Californie. En 1999, il fait état de ses errances à travers de grands formats verticaux. De puissants paysages, un jeu autour de la notion de cadre et une liberté assumée ! Une exposition incontournable pour qui aime les États-Unis et l’un des photographes vedettes de cette édition arlésienne.

Sioux City, Iowa, 1968 © Raymond Depardon / Magnum Photos.Manhattan, New York, 1981 © Raymond Depardon/Magnum Photos.

© Raymond Depardon/Magnum Photos.

Image d’ouverture © Jonas Bendiksen / MagnumPhotos

Explorez
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
13 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas