Livres photo : le best of de la rentrée

11 octobre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Livres photo : le best of de la rentrée

Vous aussi vous êtes passionnés par les livres photo ? Retour sur cinq ouvrages incontournables relayés sur le site cette rentrée.

1.Venice Beach

Amoureux de la photographie documentaire, l’artiste californien Dotan Saguy dresse un portrait fascinant de Venice Beach, un quartier de Los Angeles voué à disparaître.

« Je suis conscient que cela sonne un peu comme un cliché, mais c’est Venice Beach qui m’a choisi et non le contraire », explique Dotan Saguy. « J’ai photographié plusieurs rues et quartiers de Los Angeles : Hollywood Boulevard, Boyle Heights, Beverly Hills, Downtown Los Angeles, etc ». C’est Venice Beach qu’il préfère.

© Dotan Saguy© Dotan Saguy

©  Dotan Saguy

2.Rétrospection

Joel Meyerowitz

s’est imposé, dès les années 1960 comme un grand photographe de rue. Dans Rétrospection, il fait le point sur sa carrière, de ses derniers projets, en remontant jusqu’à ses débuts. Un récit porté par sa plume comme ses images. Joel Meyerowitz grandit dans le Bronx, un quartier new-yorkais hétéroclite lui permettant d’affûter son œil de street photographe. Sans se soucier d’une mode quelconque, le photographe préfère la couleur au noir et blanc, et devient ainsi pionnier d’une nouvelle esthétique. Dès 1962, il arpente les rues à la recherche de poésie, et de récits captivants. Aujourd’hui âgé de 80 ans, le photographe a bien évolué. De la rue, il s’est tourné vers les piscines, les portraits ou encore les natures mortes. Un parcours impressionnant.

© Joel Meyerowitz
© Joel Meyerowitz
© Joel Meyerowitz

© Joel Meyerowitz

3. Rivages

Les éditions Textuel ont publié une nouvelle édition du livre Rivages de Harry Gruyaert. L’occasion de se (re)plonger dans les clichés contemplatifs du photographe et coloriste belge. Membre de l’agence Magnum Photos depuis 1982, Harry Gruyaert est devenu maître dans l’art de manier la lumière naturelle et les couleurs. Inspiré par l’esthétique cinématographique et les voyages qu’il réalise dans le monde entier, le photographe propose, dans Rivages, un sublime carnet de souvenir. Des plages du Maroc à celle de la Tanzanie, jusqu’à la France ou l’Irlande, les paysages côtiers, colorés par le photographe, séduisent le public depuis plus de quinze ans.

© Harry Gruyaert© Harry Gruyaert

© Harry Gruyaert

4. Fensch

Passionnée par la littérature et la photographie, Claire Jolin, graphiste de 54 ans aime faire des passerelles entre ces disciplines. Elle signe avec un ami poète Hervé Scialdo, un ouvrage composite et immersif Fensch. Un très bel objet interrogeant notre perception de la mémoire.

« Sortie des Beaux-arts, je me suis tournée goulument vers la conception et l’édition de titres de presse et je n’ai plus jamais tenu un appareil photo, même (et surtout pas) pour faire des photos de famille. Vingt-cinq ans plus tard, j’ai ressenti un besoin urgent d’exprimer des choses plus personnelles », raconte-t-elle. Sans s’en rendre compte, elle revient vers le médium photographique, avec plus de maturité.

© Claire Jolin© Claire Jolin

© Claire Jolin

5. Caesura – The duration of a sigh

Découvert sur Fisheye il y a un an, le photographe grec Demetris Koilalous signe, avec Caesura – The duration of a sigh, un ouvrage rempli d’émotion, inspiré par ses rencontres avec des migrants, aux frontières de la Grèce.

C’est en 2015 que Demetris Koilalous rencontre, pour la première fois, les réfugiés  arrivés à Mytilène. Il y découvre des hommes, des femmes et des enfants loin de leur pays natal qui s’accrochent à leur portable en quête d’un contact avec ceux qu’ils ont laissés là-bas. D’autres contemplent l’horizon, perdus dans leur pensée. Le photographe est immédiatement touché par l’odyssée qu’amorcent ces personnes, résolues à fuir un foyer inhospitalier. Une migration qui touche aujourd’hui plus de 65 millions de personnes « soit trois fois le nombre d’individus forcés à quitter leur pays après la Seconde Guerre mondiale », précise Bill Kouwenhover, l’auteur du texte à la fin de l’ouvrage. Un véritable fléau, transformant en purgatoire le temps passé sur les eaux étrangères.

Fisheye Magazine | The Duration of a Sigh
Extrait de “CAESURA: The Duration of a Sigh”, © Demetris Koilalous
Fisheye Magazine | The Duration of a Sigh
Extrait de “CAESURA: The Duration of a Sigh”, © Demetris Koilalous

© Demetris Koilalous

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas